Archives de catégorie : Uncategorized

“Avant la naissance du Musée national d’ethnologie 国立民族学博物館 (Kokuritsu minzokugaku hakubutsukan) à Senri, Japon (années 1930-1974)” par Alice Berthon

Avant la naissance du Musée national d’ethnologie 国立民族学博物館 (Kokuritsu minzokugaku hakubutsukan) à Senri, Japon (années 1930-1974)

Alice Berthon, CRJ/EHESS CEJ/INALCO

Référence de l’article : Berthon, Alice, 2018. «Avant la naissance du Musée national d’ethnologie 国立民族学博物館 (Kokuritsu minzokugaku hakubutsukan) à Senri, Japon (années 1930-1974)», in Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris.

Introduction

La science ethnographique au Japon se développe à la fin du XIXe siècle sans institution muséale ni scientifique centrale. Le musée en tant que lieu de production du savoir et de centralisation d’objets ethnographiques ne voit le jour qu’en 1974: il s’agit du Musée national d’ethnologie 国立民族学博物館 (Kokuritsu minzokugaku hakubutsukan), plus connu sous le nom de Minpaku.

La genèse de ce musée se situe au carrefour de plusieurs histoires: une politique patrimoniale prenant en compte le patrimoine folklorique, un réaménagement du paysage muséal et scientifique après la guerre et surtout, une prospérité économique permettant d’assumer le coût financier de la construction et la gestion d’une telle institution.

Article disponible en version complète sur le site du projet Berose : Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie =>ici.

“Fédérer les folkloristes japonais : histoire de la Minkan denshō no kai” par Damien Kunik

Fédérer les folkloristes japonais: histoire de la Minkan denshō no kai

Damien Kunik, Musée d’ethnographie de Genève

Référence de l’article : Kunik, Damien, 2018. «Fédérer les folkloristes japonais: histoire de la Minkan denshō no kai», in Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris.

Introduction

Première organisation conçue pour unir nationalement les efforts de recherche des folkloristes japonais, la Société des traditions populaires 民間伝承の会 (Minkan denshō no kai) voit le jour le 6 août 1935 à l’issue d’un Séminaire sur le folklore japonais 日本民俗学講習会 (Nihon minzokugaku kōshūkai) débuté à Tokyo le 31 juillet, en l’honneur du soixantième anniversaire du folkloriste Yanagita Kunio 柳田國男 (1875-1962). Des sociétés locales et régionales d’études folkloriques avaient existé depuis les années 1910 au moins. La fondation d’un organe faîtier traduit ainsi la vitalité de la discipline sur le sol japonais (Totsuka 1988, p. 818-819).

Lien vers l’article complet sur le site du projet Berose : Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie =>ici.

“Brève histoire de l’ethnologie au Japon (XVIIe-XXIe siècles)”, par Alice Berthon, Damien Kunik et Nicolas Mollard

Brève histoire de l’ethnologie au Japon (XVIIe-XXIe siècles)

Alice Berthon, CRJ/EHESS CEJ/INALCO
Damien Kunik, Musée d’ethnographie de Genève
Nicolas Mollard, Université Lyon III Jean Moulin IETT

Référence de l’article : Berthon, Alice, Damien Kunik & Nicolas Mollard, 2019. «Brève histoire de l’ethnologie au Japon (XVIIe-XXIesiècles)», in Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris.

Introduction

Au Japon, entre la société d’Ancien Régime (période d’Edo: 1603-1868) et celle de l’État-nation de l’ère Meiji (1868-1912) les champs du savoir se redessinent à un tel point qu’il est parfois difficile de comprendre ce qu’un diplômé de l’Université impériale de la fin du XIXe siècle partage, ou ne partage plus, avec un lettré polygraphe du siècle précédent. Les «lettres» (bun 文) s’affranchissent peu à peu d’une conception englobant l’ensemble des savoirs écrits pour se restreindre à un art du langage (la littérature, bungaku 文学), tandis que les sciences de l’homme s’institutionnalisent en construisant des relations complexes avec les connaissances et pratiques antérieures, faites de continuités et de ruptures, de recherche de légitimité, d’usages et mésusages de la tradition.

Article disponible en version complète sur le site du projet Berose : Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie =>ici.

“Autour du Mouvement des arts populaires du Japon : l’ethnographie japonaise face à la question du Beau” par Damien Kunik

Autour du Mouvement des arts populaires du Japon: l’ethnographie japonaise face à la question du Beau

Damien Kunik, Musée d’ethnographie de Genève

Référence de l’article : Kunik, Damien, 2018. «Autour du Mouvement des arts populaires du Japon: l’ethnographie japonaise face à la question du Beau», in Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris.

Résumé

Le Mouvement des arts populaires du Japon 日本民芸運動 (Nihon mingei undō) voit le jour au milieu des années 1920. Il est originellement composé par un petit groupe d’artisans réunis autour du théoricien de l’art Yanagi Muneyoshi 柳宗悦 (1889-1961). Le Mouvement attire à lui un réseau dense de sympathisants, grandit et prend rapidement une envergure nationale. Dans les années 1930, une association et un musée succèdent aux premières expositions. Fort d’un succès public renouvelé, le Mouvement, qui entretient des rapports complexes avec l’ethnologie japonaise, se développe encore après la guerre. Il est un jalon important dans les discours modernes sur l’esthétique japonaise, une structure localement avant-gardiste dans l’étude de la culture matérielle populaire et un organisme pionnier dans la préservation des savoir-faire manufacturiers.

Lien vers l’article complet sur le site du projet Berose : Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie =>ici.

Terrains japonais

Ce carnet a pour but de présenter et de diffuser les informations relatives aux activités de l’Association interdisciplinaire des Ethnographies japonaises.
Ethnographies japonaises souhaite rassembler les chercheurs travaillant sur le Japon contemporain et partageant un intérêt pour la pratique de l’ethnographie comme méthode d’enquête. Elle est donc interdisciplinaire : sont invités les ethnologues et anthropologues, les sociologues, les géographes, tout chercheur qui fait de l’enquête de terrain sa méthode première.
Fondée en 2021 par des chercheurs appartenant à différentes institutions, en France et hors de France, suite à une première journée d’études consacrée à l’enquête ethnographique au Japon, soutenue par de grandes unités de recherche françaises, c’est une association qui se veut ouverte à toute personne intéressée par ses objectifs, à commencer par les étudiants qui se destinent à un travail ethnographique. Y adhérer est simple et permet de se tenir au courant des nombreux travaux effectués sur le terrain japonais.

Miroir des activités d’Ethnographies japonaises, ce carnet veut également proposer un certain nombre de ressources : articles, conférences en ligne, fiches bibliographiques, liens vers d’autres site… Celles-ci permettent de se rendre compte de la très grande vitalité d’un domaine jusqu’ici peu visible.

Naoko Tokumitsu-Partiot

NOM prénom 

TOKUMITSU-PARTIOT Naoko

Rattachement

Institut Français de Recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE) – INALCO

Thèmes de recherche 

  • Rapport au quartier dans le Japon contemporain
  • Mobilisations territoriales des habitants pour le maintien de l’ordre
  • Relations entre police et population
  • Inégalités et formes de sociabilité locale

Liens vers un site personnel (un carnet, un blog) 

http://www.inalco.fr/enseignant-chercheur/naoko-tokumitsu-partiot

L’ethnographie dans mes recherches 

L’approche ethnographique constitue un élément décisif pour faire avancer mes travaux de recherche. Sans cela, je n’aurais pas pu réaliser ma thèse portant sur les mobilisations territoriales des habitants pour le maintien de l’ordre : sur ce terrain, en effet, la méfiance à l’égard des enquêteurs extérieurs s’avère prépondérante. Les discussions informelles que les enquêtés entament lorsqu’un lien de confiance s’établit, les blagues et les silences, m’ont apporté à nombreuses reprises des découvertes surprenantes auxquelles je ne m’attendais pas. Il en va de même des désaccords entre enquêtés qui éclatent autour de la perception du rapport avec les pouvoirs publics. Tout ceci forme un précieux matériau pour une meilleure analyse des faits sociaux. 

Enseignements en rapport avec la pratique ethnographique 

Histoire économique et sociale dans le Japon moderne et contemporain (Inalco, L3)

Terrains 

J’ai réalisé des enquêtes de terrain auprès d’acteurs se mobilisant et/ou mobilisés pour le maintien de l’ordre au sein de leur quartier. J’ai tout d’abord mené des observations participantes entre 2012 et 2014 au sein de groupes de médiateurs de nuit et de jour, notamment à La Rochelle, Paris et Toulon. M’intéressant par la suite à la manière dont certains habitants se distinguent d’autres populations au nom de l’insécurité, j’ai entamé des enquêtes de terrain, à partir de 2014, auprès de groupes organisant des patrouilles notamment à Tokyo et à Osaka, au sein de banlieues pavillonnaires relativement aisées. Parallèlement, j’ai réalisé des observations directes et entretiens semi-directifs en Île-de-France, de même dans des quartiers pavillonnaires aisés, auprès d’acteurs des dispositifs de participation citoyenne et des voisins vigilants (habitants référents, agents policiers, agents municipaux). Je poursuis le terrain d’une part auprès d’agents policiers (notamment dans le cadre de mes recherches sur les femmes policières), et d’autre part auprès d’acteurs des organisations locales afin de travailler sur l’analyse d’effets exclusifs et inclusifs. 

Publications incorporant des matériaux issus d’enquêtes ethnographiques 

  • 2021 « Les yeux de la ville : vigilance et lien social France-Japon, analyses croisées », Paris, Éditions Maisonneuve et Larose / Hémisphères, 568 p. 
  • 2021 « Le développement de dispositifs techniques de surveillance de l’espace public et la participation des habitants au maintien de l’ordre au Japon », Carnets de géographes, « Les dimensions spatiales du maintien de l’ordre », n° 15, 2021
  • 2020, « La théorie de la vitre cassée au Japon : le maillage des réseaux microlocaux par les habitants », Lien social et Politiques « Police et démocratie », n° 84, 2020
  • 2018, « Le développement d’actions préventives contre la délinquance à Tokyo et à Osaka : une recomposition des liens de voisinage dans les territoires urbanisés du Japon ? », Ebisu, 55| 2018.
  • 2016, « Entre “sensibilisation” et accompagnement social : l’intervention des médiateurs de rue auprès des jeunes », in Manuel Boucher (dir.), Jeunesses de rueReprésentations, pratiques et réactions sociales, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociales », 2016.

Conférences en ligne 

Présentation dans le cadre du séminaire « sciences sociales du Japon contemporain » : « La coopération entre les citoyens et les autorités dans la réalisation des politiques publiques au Japon : le cas des patrouilles des quartier » (25 octobre 2018), https://japanseminar.hypotheses.org/1113

Fabienne DUTEIL-OGATA

Duteil-Ogata Fabienne 

Rattachement

ARTES (Atelier de Recherches Transdisciplinaires Esthétique et Sociétés) Équipe d’accueil Université Bordeaux-Montaigne /IIAC Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (CNRS/EHESS) UMR 8177, membre associée

Discipline

Ethnologie, Anthropologie

Thèmes de recherche

  • Sport, corporalité, 
  • Pratiques méthodologiques de la photographie et du numérique
  • Religion contemporaine

Liens vers un site personnel (un carnet, un blog)

Membre associée IIAC https://www.iiac.cnrs.fr/article1534.html

L’ethnographie dans mes recherches 

Sans ethnographie, il n’y aurait pas de recherches ethnologiques ni anthropologiques. Tout d’abord, l’étude de l’ethnographie japonaise élaborée par les ethnographes japonais et ceux du monde entier compose la base du savoir, même si bien évidemment, la connaissance d’autres ethnographies est essentielle pour faire le pas de côté et comparer.

Le terrain ethnographique, qu’il se réalise in situ et plus récemment online, constitue le lieu d’émergence des matériaux, le temps de l’immersion où se créent liens sociaux et observations. 

J’utilise plusieurs pratiques méthodologiques lors des terrains, l’observation participante, les entretiens semi-directifs, le support photographique, notamment la photo-interview et plus récemment les réseaux sociaux comme Instagram. 

J’envisage le terrain ethnographique comme une co-construction dans une temporalité et une fréquence qui s’articulent sur un temps long, notons que c’est souvent lors des échanges informels ou grâce à la communication non verbale qu’émergent les matériaux ou les intuitions ! 

Enseignements en rapport avec la pratique 

  • Société japonaise moderne et contemporaine (Université Bordeaux Montaigne, L2) 
  • Anthropologie du Japon moderne et contemporain (Université Bordeaux Montaigne, L3)
  • La société japonaise dans la globalisation (Université Bordeaux Montaigne, L3)
  • Anthropologie du monde contemporain (Université Bordeaux Montaigne, M1)

Terrains : d’un terrain à l’autre…

Mon premier terrain dans un quartier de Tôkyô de 1989 à 1992 est à l’origine de ma thèse de doctorat « La vie religieuse dans un quartier de Tôkyô » dirigé par Laurence Caillet. Basé sur l’observation participante, sur une enquête par questionnaire et des entretiens semi-directifs ainsi que l’analyse de clichés photographiques, cette monographie avait pour objet de restituer ce que constituait le religieux dans la vie d’un quartier tant au niveau des individus (résidents, participants ou simples passants) qu’au niveau des nombreuses associations locales en lien direct ou indirect avec les pratiques religieuses.  

Je suis retournée sur les lieux en juin 2002 pour reprendre contact in situ avec mes informateurs, c’est alors, avec stupéfaction, que j’y découvrais le projet de construction d’un cimetière au sein même de l’enceinte du sanctuaire shintô local, ce qui me conduit à réaliser un nouveau terrain en janvier et février 2004 auprès des résidents pour approfondir les motivations du desservant, les réactions des habitants et les effets sur la vie religieuse du quartier.  

Dans le cadre de mon contrat de recherche à l’EFEO (2004-2005), j’ai effectué un terrain à Toulouse utilisant la photo-interview, auprès d’immigrées japonaises pour connaitre leurs pratiques religieuses japonaises en France, leurs réinterprétations et leurs transmissions à leurs enfants. 

En 2005, j’ai eu la chance de participer à un terrain collectif avec des collègues japonais et français dans le cadre du programme de recherche « Dedans-dehors » dirigé par Anne Bouchy à l’EFEO, sur la commune de Sasaguri (Kyûshû), une nouvelle pratique de terrain qui montra son efficacité et la richesse des échanges entre collègues et étudiants mobilisés. J’ai principalement effectué des entretiens semi-directifs auprès des bonzes afin de connaitre leur stratégie pour faire revivre économiquement leur monastère, j’ai notamment remarqué les pratiques funéraires pour animaux de compagnie… 

Dans le cadre du programme ANR Blanc FunérAsie de 2006 à 2010 dirigé par Natacha Aveline-Dubach, j’ai effectué trois terrains sur les nouvelles pratiques funéraires dans la mégalopole de Tôkyô, principalement basé sur des entretiens semi-directifs et l’observation. Les pratiques pour animaux de compagnie et les tombes digitales attirèrent particulièrement mon attention…

Nouvelle perspective digitale : mon initiation au Karaté d’Okinawa Gôjûryû dans un club de sport parisien en 2016 me propulse vers de nouveaux terrains liés à la corporalité des arts martiaux japonais, à penser le geste et le mouvement, in situ mais leur restitution pour une Appli en D3 destinée au casque virtuel. 

D’avril 2016 à mars 2020, je participe avec deux anthropologues japonais Miura Atsushi et Terado Junko  à l’Étude comparée de la corporalité dans la réalité virtuelle et concrète à partir de l’usage des SNS par les jeunes Japonais volontaires, programme de recherche financé par la Société Japonaise de la Promotion des Sciences JSPS. J’ai réalisé trois terrains en juillet 2017, juillet 2018 et juillet 2019 auprès d’étudiants de deux universités (Waseda et Saitama) inscrits dans des clubs sportifs (de judo et danse contemporaine) pour connaitre leur représentation du corps, leur engagement in situ et sur le réseau social Instagram. L’usage renouvelé de la photo-interview à l’heure des réseaux sociaux est au centre de ce terrain, associé à l’observation participante in situ.

Publications incorporant des matériaux issus d’enquêtes ethnographiques 

  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « Les pratiques funéraires contemporaines japonaises : quels lieux pour les morts et pour la mort au Japon ? », Essais, 17 | 2021, 75-86. URL : http://journals.openedition.org/essais/8635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/essais.8635
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « Re-présentations sur Instagram du corps des étudiants japonais engagés dans des clubs sportifs à partir de la photo-interview », dans Fabienne DUTEIL-OGATA, Atsushi Miura et André Suchet (dir.), STAPS, n° 129, 2020, p. 11-29 ; URL : https://www.cairn.info/revue-staps-2020-3-page-11.htm
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « Regard anthropologique sur une Application de Karaté » in André Suchet, Jacques Mikulovic et Eric Dugas, Sport, éducation physique et société numérique, Montpellier, AFRAPS, 2017 ; p.165-174. 
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « New technologies and new funeral practices in Contemporary Japan, » in Asian Religions, Technology and Science, Routledge Studies in Asian Religion and Philosophy, Edited By Istvan Keul, New York, Routledge, 2015 p.227-244.
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « New Funeral Practices in Japan – From the Computer-Tomb to the Online Tomb » in Online Heidelberg Journal of Religions on the Internet, Vol 8 Religion on the Web. Proceedings of the Conference by the French Association for the Social Sciences of Religion, 2015: 11-27. http://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/religions/article/view/20320
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « Chap. 3 : pratiques funéraires minoritaires et changements du système de représentations des morts » in Natacha Aveline-Dubach, La place des morts dans les mégalopoles d’Asie Orientale, Paris, Les Indes Savantes, 2013, pp. 65-87.
  • DUTEIL-OGATA Fabienne, « Chap.3: Emerging Burial Spaces and rituals in Urban Japan » in 
    Invisible population, Edited by Natacha Aveline Dubach, New York, Lexington books, 2012, pp. 50-71.
  •  DUTEIL-OGATA Fabienne, « La place de l’animal de compagnie dans les mégalopoles japonaises : un animal urbanisé ? » in Gilles Teissonnières et Daniel Terolle A la croisée des chemins, contributions et réflexions épistémologiques en anthropologie urbaine, Paris, Éditions du Croquant, 2012 pp. 195-228.
  •  DUTEIL-OGATA Fabienne, « Une journée ordinaire dans un sanctuaire shintô de Tôkyô », in Ateliers n°30 Ethnographies japonaises, Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de l’Université Paris X-Nanterre, 2006 : 225-250. https://journals.openedition.org/ateliers/88

Conférences en ligne

Emilie LETOUZEY

Rattachement

Postdoctorante Fondation Fyssen – Université d’Ōsaka 

Discipline

Anthropologie

L’ethnographie dans mes recherches 

L’enquête ethnographique est le cœur et la raison d’être de ma recherche sur le Japon ; elle est, de loin, l’étape du travail que je préfère. Il est même possible que la recherche ne soit qu’un beau prétexte pour faire des enquêtes de terrain. 

Enseignements en rapport avec la pratique ethnographique 

J’ai enseigné l’Anthropologie de la nature et l’Ethnologie du Japon pendant 4 ans en tant que chargée de cours ; j’ai également parlé d’ethnographie dans des UE de méthodologie de la recherche ou dans des interventions ponctuelles portant sur mon travail (Université Toulouse Jean Jaurès, parcours Licence-Master anthropologie). 

Terrains

J’enquête depuis 2013 sur l’horticulture auprès de cultivateurs professionnels, de bénévoles dans des associations, de collectionneurs, d’amateurs et d’habitants-jardiniers. Les terrains d’enquête poursuivis dans le cadre de ma thèse (2019) m’ont également conduite dans de nombreux sanctuaires et temples, dans des laboratoires de création variétale ou dans les bureaux du Services de prévention des épidémies du végétal. Le tout dans la région d’Ōsaka, que je ne quitte que sous la contrainte lorsque je suis au Japon. 

Publications incorporant des matériaux issus d’enquêtes ethnographiques 

2014 « Comme un symbole. Histoires de remise en culture de quelques espèces cultivées emblématiques du bassin urbain d’Ōsaka (Japon) », in Temps des plantes, temps des humains. Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon, Pierre Lieutaghi et Danielle Musset (éds.), Mane, Salagon musée et jardins/C’est-à-dire Éditions

2020 « La programmation des fleurs. Pratiques horticoles et esthétiques autour d’une glycine emblématique à Ōsaka (Japon) », in Puissances du végétal. La vitalité révélée par les techniques, Teresa Castro, Marie Rebecchi et Perig Pitrou (éds.), Paris, Presses du réel : 93-116

2021 (à paraître) « Whose performance ? Agencies in Japanese ornamental horticulture », in The Work that Plants do. Life, Labour and the Futures of Vegetal Economies, Marion Ernwein, Franklin Ginn et James Palmer (éds.), Bielefeld/London, [Transcript]

2021 (à paraître) « ‘Faire vivre les techniques’… ou pas. Les pratiques sur le fil d’horticulteurs japonais d’un quartier du nord de l’agglomération d’Ōsaka » in Techniques&culture, Waza on the Move. L’art ineffable de l’apprentissage