Archives de l’auteur : César Castellvi

Appel à communications / « Le Japon au prisme de la dénatalité et du vieillissement de la population »

« Le Japon au prisme de la dénatalité et du vieillissement de la population »
Appel à communications pour une Journée d’étude

Lieu : Inalco & Université Paris Cité
Date : 5 et 6 décembre 2024

Argumentaire 

Les recherches sur le Japon contemporain se sont largement développées au sein des études japonaises francophones, autour d’objets aussi variés que ceux de la ville, de l’éducation, de la famille, du genre, des minorités, du droit, du travail, des médias, de la sécurité, de la pauvreté ou encore de la santé. Or – les dernières rencontres organisées autour des terrains japonais actuels nous en ont convaincus – ces objets sont tous touchés, d’une manière ou d’une autre, par un même facteur, la démographie, caractérisée on le sait par le double phénomène de la dénatalité et du vieillissement de la population

L’objectif de cette journée d’étude est de permettre aux différents chercheurs dont les travaux portent sur le Japon contemporain de se rassembler autour de cette thématique. Les participants sont appelés à présenter les impacts de la question démographique sur leurs propres objets de recherche (passés ou actuels). Le but n’est pas tant de traiter du vieillissement ou de la dénatalité en tant que tels, encore que cela soit possible, que de montrer, à partir de cas concrets, comment les évolutions démographiques ont une influence, sur l’organisation de la ville, les modes de sociabilité, la représentation de la famille, les rapports de genre, la place ou les revendications des minorités, les avancées du droit, la structuration du travail, les politiques de sécurité, la vie politique au niveau local, le traitement de la pauvreté ou les problématiques de santé, par exemple.

Chaque communication, d’une durée de 30 minutes, sera suivie d’un temps de discussion. L’ambition finale de cette journée d’étude est la publication d’un livre collectif établissant, à partir d’une mosaïque d’études de cas, un état des lieux de la situation démographique au Japon. Nous attendrons donc des intervenants la transmission d’une version manuscrite de leur communication d’environ 30 à 40 000 signes. 

Calendrier prévisionnel : 

  • 30 juin 2024 : Envoi des propositions de communication (aux adresses mail des organisateurs)
    • Proposition de titre
    • Nom et affiliation de l’auteur
    • Résumé (en français, anglais ou japonais) d’une dizaine de lignes
  • 10 juillet 2024 : Réponse du comité d’organisation
  • Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2024 : Journée d’étude
    • Communication de 30 minutes, suivie d’une discussion
  • 2 mars 2025 : Rendu des versions manuscrites des contributions :
    • Texte en français de 40.000 signes maximum, espaces, notes, et bibliographie comprises.

Comité d’organisation : 

Jean-Michel Butel, Inalco (jean-michel.butel@inalco.fr)
César Castellvi, Université Paris Cité (cesar.castellvi@u-paris.fr)
Anne-Lise Mithout, Université Paris Cité (anne-Lise.Mithout@u-paris.fr)
Naoko Tokumitsu, Inalco (naoko.tokumitsu@inalco.fr)

Version PDF de l’AAC

Terrains japonais : 3èmes rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises 2024 (jeudi 7 et vendredi 8 mars 2024) – programme complet

Terrains japonais – 2024
フィールドから見た日本

Troisièmes rencontres de lAssociation interdisciplinaire des ethnographies japonaises 
フランスの日本エスノグラフィー研究会

Dates : Jeudi 7 et vendredi 8 mars 2024
Lieux : Inalco / Université Paris Cité

Programme du jeudi 7 mars 2024

Lieu : Université Paris Cité, campus des Grands Moulins 5 Rue Thomas Mann, 75013 Paris
Bâtiment C, salle 481C

9h30 – Mot d’introduction

Session 1
Discutant : César CASTELLVI (Université Paris Cité / CRCAO)
9h45 – 10h15 Mary SCHIRRER (Université de Lorraine / LISEC)
Première exploration en éducation comparée au Japon : pratiques et conceptions du corps en Éducation Physique
10h20 – 10h50 Sophie HOUDART (CNRS/LESC/Maison franco-japonaise de Tokyo) Pèlerinage, ou trail, ou reconstruction : faire l’expérience de la polysémie

Pause

11h05 – 11h35 Frédéric LESIGNE (Lycée Jean-Monnet / GEO)
« L’ethnologie vernaculaire » de la Gendai-minzokugakkai
11h40– 12h10 Anne-Lise MITHOUT (Université Paris Cité / CRCAO) Enquête sur le handicap à Akita : de la méthode boule de neige

Pause déjeuner

Session 2
Discutante : Anne-Lise MITHOUT (Université Paris Cité / CRCAO)
14h – 14h30 Jean-Christophe HELARY
L’apprentissage à la violence et aux normes de genre dans le monde du sport (et particulièrement des sports « traditionnnels ») au Japon.
14h35 – 15h05 Paul BENEZET (Université Laval)
Ethnographier une école martiale japonaise : l’ambivalence du pratiquant-chercheur

Pause

15h20 – 15h50 Gaëlle REDJDAL (EHESS)
Ethnographier la relation des enfants à leur environnement dans le Japon contemporain : récits des escapades dans les bois d’une école maternelle de pédagogie alternative en milieu urbain

15h55 – 16h25 Débats autour d’une publication récente animé par Kazuhiko YATABE (Université Paris Cité / IFRAE)
Munesuke MITA, L’enfer du regard. Une sociologie du vivre jusqu’à consumation, Paris, CNRS, 2023. Traduit par Kazuhiko YATABE et Claire-Akiko BRISSET

Auditorium (Inalco, 65 rue des Grands Moulins)
18h – 20h : Projection du film : Tokyo Uber Blues (東京自転車節) de Taku AOYAGI

Programme du vendredi 8 mars 2024

Lieu : Inalco – Maison de la recherche 2 rue de Lille, 75007 Paris
Salle Sacy

9h30 – Mot d’introduction

Session 3
Discutante : Naoko TOKUMITSU (Inalco / IFRAE)
9h45 – 10h15 Pauline CHERRIER (Université Aix Marseille / IrAsia)
Les musées de l’immigration au Japon
10h20 – 10h50 Ivanka GUILLAUME (Inalco / IFRAE)
Dynamiques de l’engagement féminin dans le militantisme des personnes handicapées au Japon : une perspective ethnographique

Pause

11h05 – 11h35 Kōki KAI (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Cridup / Université Paris Cité, Cerlis)
Entre démographe et sociologue français : bricoler une posture adaptée. Retour sur enquête (ethnographique) auprès des acteurs publics et célibataires inscrits au programme politique du soutien au mariage
11h40 – 12h10 Pierre-Jean COLAS (Inalco / IFRAE)
No money, no survey… Comment les conditions matérielles mènent l’enquête ?

Pause déjeuner

Session 4
Discutant : Jean-Michel BUTEL (Inalco / IFRAE)
13h30 – 14h Adam Lyons (Université de Montréal)
Travailler sur le terrain avec des religions controversées et leurs opposants après l’assassinat d’Abe 14h05 – 14h35 Aurélien ALLARD (Université Libre de Bruxelles)
La résurrection des dieux du Mont Ishizuchi
14h40 – 15h10 Louis CANALES (Université Aix Marseille / IrAsia)
Patrimonialisation des rites de « divinités visiteuses » au Japon : des enjeux religieux ou identitaires ?

Pause

15h30 – 16h30 Discussion générale et conclusion

Organisation
Jean-Michel Butel (jmbutel@inalco.fr)
César Castellvi (cesar.castellvi@u-paris.fr)
Naoko Tokumitsu (naoko.tokumitsu@inalco.fr)

Appel à communications / “Terrains Japonais – 2024” – 3ème rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises

Appel à communications
Terrains japonais – 2024

Troisièmes rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises 

Dates : Jeudi 7 et vendredi 8 mars 2024

Lieux : Inalco / Université Paris Cité (hybride)

Comité d’organisation :

Jean-Michel Butel (Inalco)
César Castellvi (UPC)
Naoko Tokumitsu (Inalco)

Présentation : 

Fondée en 2021, par des chercheurs appartenant à différentes institutions, en France et hors de France, et spécialistes de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, géographie, sciences politiques, histoire…), l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises souhaite jouer le rôle d’espace d’échange pour les chercheurs utilisant une pratique de terrain dans le cadre de leur recherche. Le terrain est compris dans une acceptation large et peut également prendre en compte les démarches d’accès à des archives ou le processus d’accès à des entretiens. 

Elle anime pour ce faire une journée d’étude annuelle consacrée à la présentation des terrains en cours. Celle-ci est ouverte à toutes et tous, jeunes chercheurs comme vétérans, dès lors que l’ethnographie joue un rôle central dans leur recherche. Pour cette troisième édition, nous souhaitons tout particulièrement donner une opportunité aux chercheuses et chercheurs qui ont pu retourner au Japon au cours des années 2022 et 2023 de venir présenter leurs terrains récents. 

Les objectifs de ces rencontres sont multiples : effectuer un état des lieux des enquêtes récentes et des projets à venir ; initier des collaborations nouvelles ; ouvrir une fenêtre aux étudiants de Master intéressés par l’ethnographie appliquée au Japon ; approfondir des questionnements sur la méthode ethnographique et partager des « trucs de terrain ».

Chaque intervenant disposera de 15 minutes pour présenter ses travaux, suivies de 15 minutes de discussion avec les autres participants. Une table ronde thématique réunira tous les participants en fin de journée.

Une solution hybride sera mise en place pour accueillir les chercheurs ne pouvant se rendre à Paris à la date choisie.

Planning : 
– Novembre 2023 : diffusion de l’appel à contribution
– 28 janvier 2024 : fin de la réception des propositions d’intervention
– 5 février 2024: réponse aux propositions
– 7 et 8 mars 2024 : Rencontres

Les propositions d’intervention devront présenter un titre, un résumé de l’intervention d’une dizaine de lignes, des mots-clés, ainsi que les informations administratives de la personne candidate. 

Les propositions sont à envoyer à : jean-michel.butel@inalco.fr ; cesar.castellvi@u-paris.fr ; naoko.tokumitsu@inalco.fr.

2èmes rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises 2023 (vendredi 10 mars 2023) – programme complet

Terrains japonais 2023 

Deuxièmes rencontres interdisciplinaires des ethnographies japonaises
フランスの日本エスノグラフィー研究会

vendredi 10 mars 2023
9h30 – 17h00

Inalco, Maison de la recherche – salon Borel
2 rue de Lille, Paris

La pratique ethnographique constitue, au-delà des disciplines et des objets, une approche efficace et spécifique. L’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises se veut un espace d’échange pour les chercheurs en études japonaises usant d’une pratique de terrain dans le cadre de leur recherche. Ses Rencontres veulent permettre d’effectuer un état des lieux de résultats d’enquête récents et de projets à venir ; d’initier des collaborations nouvelles ; d’ouvrir une fenêtre aux étudiants intéressés par l’ethnographie appliquée au Japon ; d’approfondir enfin des questionnements sur la méthode ethnographique et partager des « trucs de terrain ».

Cette journée, qui verra la participation de chercheurs francophones en France, au Canada et au Japon, est ouverte à tous ceux pour qui, étudiants, jeunes chercheurs ou vétérans, l(ethnographie joue un rôle central dans la collecte de données.

Organisation :
Jean-Michel Butel (jean-michel.butel[at]inalco.fr), César Castellvi (cesar.castellvi[at]u-paris.fr) Anne-Lise Mithout (anne-lise.mithou[at]u-paris.fr)

Soutiens institutionnels :
Institut Français de Recherches sur l’Asie de l’Est (IFRAE), Conseil scientifique de l’INALCO et Centre de recherches sur l’Asie orientale (CRCAO)

Programme complet

10h00 – 10h30 : Amélie Corbel (Université Dokkyo) / Le Japon, réfractaire aux méthodes ethnographiques ? L’accès au terrain mis à mal par la fermeture de l’administration et les exigences du comité d’éthique

Résumé : Dans cette communication, nous souhaiterions revenir sur deux difficultés d’accès au terrain auxquelles nous avons été confrontée lors de notre enquête sur les régulations migratoires réalisée entre 2015 et 2016. Cette expérience a pu nous laisser penser que le Japon – et en particulier son administration et certaines branches des sciences sociales – était réfractaire aux terrains ethnographiques en contexte professionnel.
Une première difficulté s’est présentée lors des négociations pour l’accès au terrain administratif japonais. A l’origine, notre projet de recherche comportait un volet important sur la mise en œuvre des régulations migratoires et nécessitait de pouvoir observer le travail concret mené par les agents d’immigration. Dans l’idéal, nous aurions souhaité réaliser une observation au sein d’une antenne locale du bureau de l’immigration. Après plusieurs semaines de négociation auprès du ministère de la Justice et la réalisation d’un entretien formel auprès de fonctionnaires, notre requête était rejetée. Notre cas ne semble pas être unique : à notre connaissance, rares sont les chercheurs étant parvenus à réaliser des terrains ethnographiques au sein de l’administration japonaise, là où les recherches françaises en science politique abondent de travaux sur la « politique du guichet ». Que dit cette réticence à accueillir des observateurs extérieurs sur l’administration japonaise ? Comment surmonter un refus d’accès au terrain ?
Une seconde difficulté, plus inattendue, s’est présentée lorsqu’il nous a fallu obtenir l’autorisation du comité d’éthique de notre université d’accueil pour la réalisation d’un autre volet de notre recherche. L’évaluateur – anonyme – jugeait la réalisation d’une observation participante au sein de bureaux d’immigration lawyers (gyôsei shoshi) problématique d’un point de vue déontologique et nous invitait à un changement de méthodologie (entretiens et questionnaires). Si certaines inquiétudes pouvaient se justifier, d’autres étaient fortement éloignées de la réalité du terrain. Nous souhaiterions revenir sur les critiques ayant pu être faites à l’encontre de notre projet de recherche – et plus généralement, de la méthode ethnographique – et la manière dont nous avons surmonté ces difficultés. Le sujet est d’autant plus d’actualité que les comités d’éthique se généralisent dans les universités japonaises.

Profil : Amélie Corbel est docteure en science politique (Sciences Po Paris) et contract lecturer (特任講師) à l’université Dokkyō. En 2021, elle a soutenu une thèse sur la régulation de la mixité conjugale au Japon, récompensée par le prix de thèse Okamatsu Yoshihisa 2022. Ses recherches portent sur les dynamiques de (re)production du genre dans les politiques publiques et le droit, dans une perspective de sociologie de l’action publique.

10h30 – 11h00 : Manon Grenet (Inalco) / Du café à l’hôpital : travailler sur la démence sénile au Japon

Résumé : Dans cette présentation, j’aimerais retracer l’évolution de mes premiers terrains, du café (認知症カフェninchishō kafe, qui sont des cafés organisés par la communauté autour du thème du care et de l’aide aux aidants) aux services d’accueil de personnes souffrant de démence sénile à l’hôpital.
Je travaille actuellement sur les questions éthiques du soin de la démence sénile au Japon, notamment dans le milieu médical. Dans ce cadre, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes qui ont lentement commencé à constituer mon réseau actuel, mené des entretiens avec des équipes médicales (médecins, infirmières, aide-soignantes, physiothérapeutes et assistants sociaux) et pu intégrer des services hospitaliers notamment psychiatriques où je réalise une enquête ethnographique. Travaillant depuis 2020 sur les problèmes éthiques dans le soin de la démence sénile au Japon, et cherchant à observer les problèmes éthiques ayant lieu dans les différents milieux qui s’occupent de personnes âgées souffrant de cette pathologie, j’ai été amenée à solliciter plusieurs ressources afin d’accéder à mes terrains, d’évoluer en leur sein et de lentement construire un réseau de connaissance. Dans cette journée d’études, j’évoquerai en particulier les problèmes rencontrés au cours de ces derniers mois, que ce soit à cause de la situation sanitaire qui a fait fermer beaucoup de mes terrains ou en réduit considérablement l’activité, la nature même des lieux que je fréquente, ou mes propres limites personnelles en tant que jeune chercheuse.

Profil : Diplômée d’une licence LLCER japonais à l’INALCO, je suis actuellement en double master, à la fois à l’INALCO, sous la direction de Madame Tokumitsu Naoko, et à l’Université Métropolitaine de Tokyo. Mon sujet de recherche se porte principalement sur le care, plus spécifiquement sur le care des personnes âgées souffrant de démence sénile.

11h00 – 11h30 : Diane Dodelin (Inalco) / Faire face au futur : des difficultés du militantisme au sein d’un mouvement des jeunes pour le climat

Résumé : Cette intervention portera sur mon enquête de terrain au sein du mouvement pour le climat Fridays For Future Japan, que je mène depuis juillet 2022 à Tokyo. Elle mettra en regard les activités des militants, partagés entre apparitions sporadiques dans les médias et difficultés de sensibilisation du grand public aux questions climatiques, entre standings hebdomadaires en petit comité et présence réelle dans l’espace public devant des lieux de pouvoir, entre persévérance et lassitude. Je me pencherai également sur les relations mutuellement bénéfiques mais aussi plus critiques (notamment sur la relance du nucléaire) entre le mouvement Fridays For Future Tokyo avec les « adultes » des ONG Friends of the Earth (FoE), Zero Emission, 350.org, et plus récemment Sayōnara Genpatsu.
J’aborderai enfin plusieurs difficultés rencontrées : négocier et renégocier ma place sur le terrain, commencer des entretiens et ne pas rester dans une observation participante passive.

Profil : Diane Dodelin est étudiante en Master 2 d’études interculturelles à l’université métropolitaine de Tōkyō, financée par le Tokyo Human Resources Fund for City Diplomacy (THRF), ainsi qu’en Master 2 d’études japonaises à l’Inalco, sous la direction de Tokumitsu Naoko. Elle est diplômée d’une licence d’anthropologie à l’université Paris Nanterre et d’une licence d’études japonaises à l’Inalco. Ses recherches actuelles portent sur l’activisme climatique au Japon, pour lesquelles elle réalise une enquête de terrain à Tōkyō depuis juillet 2022.

11h45 – 12h15 : Jonathan Bresson (Université Rennes 2) / Les émotions comme objet ethnographique pour incorporer le terrain japonais

Résumé : Cette intervention présentera la posture préliminaire d’une enquête franco-japonaise ouverte avec le concours du Pr. Kurashima en janvier 2023, dont un premier terrain se déroulera de mars à mai de la même année à Osaka. L’objectif est de mener une recherche comparée sur la manière de se confronter aux émotions dans les arts martiaux, entre pratiques fantasmées, cultures de la violence et techniques du corps. Les expériences de mon terrain doctoral mené en bars de nuit et discothèques sous le rôle de videur (thèse soutenue en 2018), d’immersions au Vietnam (2009 à 2019), m’ont permis de développer des procédés de réflexivité, engagement et distanciation adaptés à des terrains filés. La phase de découverte du terrain est souvent une phase délicate, entre choc, fantasme, évidences et impressions de découvertes fulgurantes. Nous soulignerons l’intérêt d’une phase préliminaire naïve et préciserons une méthodologie adaptée. Cette réflexion vise à intégrer l’ethnographie dans des phases de vie par une étude au long cours débordant les cadres académiques traditionnels du doctorat et post-doctorat. Dans un tel cadre, comment gérer son engagement et sa distanciation ? Quelle position adopter vis-à-vis de l’information et de l’acquisition de connaissances préalables ? Enfin et surtout, Quelle posture adopter vis-à-vis de la langue et de son apprentissage sur le tard une fois la recherche enclenchée ? Mobilisant la sociologie d’Erving Goffman, nous répondrons à ces questions en précisant l’intérêt d’une phase de recueil de données en apprentissage, sans maîtrise préalable du langage, autour du corps et des émotions, focalisée sur les expressions mèmiques.


Profil : Jonathan Bresson est docteur en sociologie, chercheur associé au laboratoire VIPS 2 de l’université Rennes 2, travaille sur le lien entre corps et émotions dans la dialectique entre imaginaire et action. Contractuel (2016-2017) puis ATER à l’université du Maine (2019-2022), qualifié en 2022, il ouvre un projet de recherche franco-japonais en janvier 2023 sur le lien entre pédagogie, techniques et émotions dans les arts martiaux. 

12h15 – 12h45 : Rémi Scoccimaro (Université de Toulouse Jean Jaurès) / Boots on the ground : retours du terrain, retour sur le terrain

Résumé : La notion de terrain en Géographie a été consubstantielle, dès ses débuts, à la discipline et la « sortie sur le terrain » reste l’acmé de la pratique, dans l’enseignement comme dans la recherche (Paul Claval, « Le rôle du terrain en géographie », Confins 17, 2013 : https://doi.org/10.4000/confins.8373). Le terrain géographique est multidimensionnel et multiforme : en trois dimensions lorsqu’on convoque les sols et leur morphologie, à plat lorsqu’on définit une aire ou une région d’étude, et plus immatériel lorsqu’on convoque les rapports des sociétés à leur territoire, où les rapports sociaux au sein d’un territoire. Mais comment faire pour les terrains lointains ? Il y a la question de l’accès, mais pas seulement : si un étudiant en géographie sait, généralement, bien distinguer un bocage d’un openfield, comment comprend-il la rizière japonaise ? il ne suffit pas d’être « sur place » pour faire du terrain. Les NTIC ont par ailleurs révolutionné la pratique du terrain depuis les années 1990 et rendu possible aujourd’hui les études à distance. L’accès aux données statistiques en ligne, des outils comme googlestreet ou les photos aériennes, désormais facilement accessibles, permettent de faire du terrain à distance, de réaliser des cartographies pertinentes et complémentaires. Et effectivement, on peut se passer du terrain pour mouliner des données et produire de la Géographie. C’est d’ailleurs ce que faisait les premiers géographes, tel Élisée Reclus qui a écrit de belles pages sur le Japon dans sa Géographie Universelle, sans jamais y avoir mis les pieds (Philippe Pelletier, « La ‘’plus grande merveille de l’histoire’’, le Japon vu par Élisée Reclus », Hérodote, no 117, 2005 : 183-191).
Pour autant, et c’est ce que nous souhaiterions montrer et questionner lors de ce séminaire, le terrain, japonais en l’occurrence, s’est rappelé régulièrement à nous, des mangroves d’Iriomote aux plateaux d’Abukuma, s’imposant comme un moment essentiel et incontournable de la recherche.

Profil : Géographe, élève de Philippe Pelletier, Rémi Scoccimarro est maître de conférences en langue et civilisation japonaises à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. Ses recherches portent sur l’aménagement des fronts de mer et les recompositions socio-démographiques des centres urbains au Japon, ainsi que sur la reconstruction post-2011 et ses implications territoriales.

14h15 – 14h45 : Kojima Rina et Christine Fassert (LATTS université Gustave Eiffel) / Enquête sensible en terrain contaminé

Résumé : Nous aborderons notre enquête ethnographique et longitudinale, qui s’est déroulée sur plusieurs années, au Japon, après l’accident nucléaire de Fukushima. Nous avons rencontré des habitants qui sont restés dans la Préfecture de Fukushima, des évacués des villes de Kawauchi et Nahara, et des « auto-évacués ». Nous avons, si possible, suivi ces personnes sur plusieurs années, en nous intéressant à leur parcours de vie (retour ou non après la levée des ordres d’évacuation par exemple). Dans notre communication, nous aborderons aussi les questions liées à l’accès aux terrains, en fonction de l’appartenance institutionnelle des chercheur.e.s. Ainsi, l’appartenance à une institution nucléaire française ouvre des portes au Japon, en ferme d’autres, et inversement pour une jeune doctorante financée par le monde académique.

Profil : Rina Kojima est chercheuse associée au LATTS. Depuis 2011, dans le cadre de ses études et des projets de recherche collectifs, elle a réalisé des enquêtes de terrain au Japon, dans les régions affectées par différents types de catastrophes : le tsunami du Tôhoku, l’accident de Fukushima, la maladie de Minamata. Récemment, dans le cadre de son post-doc, elle a mené une étude comparative, en France et au Japon, sur la vie étudiante en temps de Covid-19.
Profil : Christine Fassert est socio-anthropologue et chercheur associée au CETCOPRA à Paris 1. Elle travaille actuellement au LATTS à l’université Gustave Eiffel, sur les risques systémiques. Auparavant, à l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, elle a coordonné un projet de recherche sur les conséquences sociales et politiques de l’accident de Fukushima de 2013 à 2019, et mené des travaux sur la gouvernance des risques nucléaires.

14h45 – 15h15 : Maxime Polleri (Université Laval) / Performances radioactives, ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer les radiations

Résumé : À la suite de la catastrophe de Fukushima, l’État japonais a mis en place des stratégies de communication du risque via des infrastructures d’enseignements sans jargons, interactives et amusantes. En me basant sur une ethnographie de pareilles structures éducatives, j’examine comment les informations liées aux risques radiologiques sont stratégiquement mobilisées, étant souvent partisanes d’une politique de revitalisation étatique. Bien que ces structures éducationnelles soient novatrices, elles dissimulent des aspects gênants des dangers radioactifs, tout en ignorant les expériences socioculturelles de la vie en terrain contaminé. Cette présentation théorise comment les risques environnementaux sont matérialisés afin de soutenir des politiques spécifiques d’après-désastre, tout en examinant les processus de contrôle qui visent à désamorcer les craintes publiques et à reprendre le contrôle politique. 
Profil : Maxime Polleri est un anthropologue des technosciences qui s’intéresse à la gouvernance des désastres, des déchets et des crises de santé publique.  Ses recherches principales ont porté sur la catastrophe nucléaire de Fukushima qui est survenue au Japon en 2011. Dans le cadre d’une politique de revitalisation soutenue par l’État japonais, il examine les pratiques de gouvernance et de contestation autour des risques radioactifs.

15h30 – 16h00 : Grégory Beaussart (Université de Lille) / Ethnographier la catastrophe : le défi de la parole rapportée

Résumé : La société japonaise a très tôt développé dans son histoire une culture que l’on peut qualifier de cindynique, dont témoignent la littérature, l’histoire et l’ethnographie. Cette adaptation aux cycles de désastres a permis amélioration progressive de leur gestion. Toutefois, la triple catastrophe de 2011 pose de nombreuses questions et c’est à la suite de cette expérience, vécue depuis le terrain, que j’ai débuté une ethnographie des catastrophes dans la péninsule de Kii, afin de mieux comprendre comment se construisait la culture cindynique nipponne et tenter d’appréhender les fils de la situation qui a pu mener au 11 mars 2011.
L’objet catastrophes est connu des anthropologues pour être de manière problématique transversal à plusieurs institutions humaines (social, économique, politique, religieux) et cadré aux échelles macro, mezzo et micro. L’ethnographie multi-située que j’ai réalisée portait essentiellement sur cette dernière échelle et s’intéressait à la diversité des formes locales de gestion du risque et du danger (festivals, éducation aux risques, travail de mémoire, collaboration communautaire, fait religieux, etc.). Il se posait alors le problème de la captation de la parole et du témoignage concernant les catastrophes, objet sensible et fugace s’il en est, dans un contexte où l’enquêteur est extérieur au terrain et présent sur une durée limitée dans le temps mais de manière étendue dans l’espace. L’intervention évoquera les moyens d’action que j’ai pu mettre en place pour rapporter cette parole (le dit, le non dit et le discours en creux), ainsi que les redirections de mon terrain pour la suite de mes recherches.

Profil : Grégory Beaussart a débuté la pratique de l’ethnographie lors de son premier séjour au Japon, entre 2008 et 2009, dans le cadre de son master d’études japonaises à Niigata, auprès d’Iijima Yasuo. De retour en France, il entame un cursus complet d’anthropologie sociale et historique et débute son doctorat en 2012, après avoir fait l’expérience de la triple catastrophe de 2011 depuis Tôkyô. Il réoriente alors son travail vers les différentes formes de gestion des événements catastrophiques dans leur récurrence cyclique, et amorce un travail ethnographique sur le long terme dans la péninsule de Kii concernant les politiques de gestion des cycles de catastrophes provoquées par la faille océanique Nankai

16h00 – 16h30 : Adam Lyons (Université de Montréal) / Études de cas de la censure dans les religions japonaises

Résumé : Cette présentation introduit des données ethnographiques du Japon pour étudier un problème central pour l’anthropologie de la religion : quelle est la relation entre l’individu et l’orthodoxie institutionnelle ? Le travail examine des études de cas de conflits entre les divers modes d’expression et d’expérience morales (et religieuses) des individus et les orthodoxies institutionnelles qui visent à les censurer pour préserver la hiérarchie et le contrôle. Cette étude applique les analyses de l’anthropologue David Graeber sur les liens entre le pouvoir et la stupidité pour soutenir que l’expérience des dilemmes imposés par des orthodoxies institutionnelles manifestement contrefactuelles est un problème omniprésent pour les personnes exerçant des vocations cléricales au Japon aujourd’hui. Les études de cas présentées montrent comment les individus se débattent avec les dogmes qui nient la réalité autour de sujets tabous comme la violence contre les enfants dans le système de justice pénale et comment les familles cléricales se débattent dans le déclin financier rapide auquel sont confrontées la plupart des organisations religieuses dans un Japon de plus en plus laïc.

Profil : Adam Lyons travaille sur les religions et la société japonaises à l’ère moderne. Il est l’auteur de Karma and Punishment : Prison Chaplaincy in Japan(Harvard, 2021), et le chercheur principal d’une étude historique et ethnographique sur la croissance et le déclin des nouveaux mouvements religieux dans le Japon moderne, du XIXe siècle à nos jours.

Appel à communications / “Terrains japonais – 2023” – Secondes rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises

Terrains japonais – 2023

Secondes rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises

Dates : vendredi 10 mars 2022

Lieu : Inalco / Université Paris Cité (hybride)

Comité d’organisation : 

Jean-Michel Butel (Inalco)
César Castellvi (UPC)
Anne-Lise Mithout (UPC)

Présentation : 

Fondée en 2021, par des chercheurs appartenant à différentes institutions, en France et hors de France, et spécialistes de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, géographie, sciences politiques…), l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises se veut être un espace d’échange pour les chercheurs utilisant une pratique de terrain dans le cadre de leur recherche sur le Japon. Elle anime pour ce faire une journée d’étude annuelle consacrée à la présentation des terrains en cours. Celle-ci est ouverte à toutes et tous, jeunes chercheurs comme vétérans, dès lors que l’ethnographie joue un rôle central dans leur recherche.

Cette année, la participation de jeunes chercheurs sera particulièrement valorisée. Les objectifs sont multiples : effectuer un état des lieux des enquêtes récentes et des projets à venir ; initier des collaborations nouvelles ; ouvrir une fenêtre aux étudiants de Master intéressés par l’ethnographie appliquée au Japon ; approfondir des questionnements sur la méthode ethnographique et partager des « trucs de terrain ».

Chaque intervenant disposera de 15 minutes pour présenter ses travaux, suivies de 15 minutes de discussion avec les autres participants. Une table ronde thématique réunira tous les participants en fin de journée.

Une solution hybride sera mise en place pour accueillir les chercheurs ne pouvant se rendre à Paris à la date choisie.

Planning : 

–  Décembre 2022 : diffusion de l’appel à contribution
– 27 janvier 2023 : fin de la réception des propositions d’intervention
– 4 février 2023 : réponse aux propositions
– 10 mars 2023 : Rencontres

Les propositions d’intervention devront présenter un titre, un résumé de l’intervention d’une dizaine de lignes, des mots-clés, ainsi que les informations administratives de la personne candidate. 

Les propositions sont à envoyer à : jean-michel.butel@inalco.fr ; cesar.castellvi@u-paris.fr ; anne-lise.mithout@u-paris.fr.

Plus d’informations sur l’Association et ses activités : https://terrainjapon.hypotheses.org
Page de l’appel à communications : https://terrainjapon.hypotheses.org/456

Compte-rendu des Premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises (24 et 25 mars 2022)

Compte-rendu des premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des Ethnographies japonaises

Terrains japonais – 24 et 25 mars 2022

Organisateurs : 

Jean-Michel Butel (Inalco)
César Castellvi (Université Paris Cité)
Anne-Lise Mithout (Université Paris Cité)

Rédaction du compte-rendu :

Thomas Berel (étudiant en M2 à l’Inalco)
Lola Lanier (étudiante en M2 à l’Inalco)

Panel 1 : L’ethnographie dans les études sur la ville et la jeunesse 

Liste des interventions :

  • Tokumitsu Naoko (Inalco) “Regards sur l’hygiène urbaine dans un contexte de covid-19”
  • Yosri Razgui (Université de Kobe) “Football, culture itinérante et « re-symbolisation » : récit d’une observation participante parmi les supporters du Vissel Kobe”
  • Chiara Manno (Université Paris Nanterre) “Recueil d’un corpus d’interactions spontanées au Japon : démarche méthodologique”
  • Sonia Silva (Université métropolitaine de Tokyo) “Problématiques et enjeux d’une enquête de terrain au Lycée Français International de Tokyo : la langue en question”

Questions soulevées par le panel :

  • Le problème de l’acceptation de l’enquête par les enquêté·e·s : Les enquêté·e·s peuvent avoir des réticences vis-à-vis de l’enquête. Ces doutes peuvent être de plusieurs ordres : doutes sur la légitimité du chercheur ou de la chercheuse, doute sur leur propre légitimité à donner leur avis, appréhensions vis-à-vis de la langue utilisée, sentiment de ne pas être concerné·e par le sujet… Cela implique pour le chercheur ou la chercheuse de préparer le terrain, voire de se renseigner sur l’enquêté·e pour créer un lien de confiance, et de faire comprendre dès les échanges préliminaires qu’il s’agit d’un travail sérieux et professionnel. Le travail de terrain n’est pas une simple collecte d’information, des liens tissés avec les enquêté·e·s et les communautés dépendent les résultats de l’enquête (aussi bien en termes quantitatif que qualitatif, ou sur l’orientation donnée aux réponses).
  • L’entretien/l’interview, souvent considéré comme l’élément clef du travail de terrain doit en réalité être vu comme une porte d’entrée plus qu’un aboutissement. L’effet « boule de neige », mentionné par la majorité des intervenant·e·s en témoigne : bien souvent, on fait une première interview avec une personne, se crée alors un lien de confiance grâce auquel l’interviewé·e présente d’autres personnes au chercheur, ou lui permet de venir observer son quotidien un peu plus longuement.
  • La crise COVID : l’impossibilité de se rendre au Japon, et donc de réaliser les enquêtes en face à face ont modifié et rendu plus complexe le rapport aux enquêté·e·s. La distance qui s’instaure rend plus difficile le travail d’approche, la création d’un véritable lien, et la collecte d’informations (communication non-verbale, difficulté de l’effet « boule de neige »). Cela est rendu encore plus vrai par le fait que les personnes interviewées peuvent plus facilement cacher leur environnement, ou le mettre en scène (en choisissant par exemple à dessein l’arrière-plan qu’ils montreront dans un entretien en vidéo, ou en préférant un appel audio à un appel vidéo).
  • Globalement, on peut imaginer que les effets de la crise COVID ne prendront pas fin dans un avenir proche. Terrains entamés mais abandonnés en cours de route, travaux de recherche qui ont dû être interrompus puis repris, modification des modes de communication et de sociabilisation, mais aussi démocratisation des logiciels de vidéo-conférence ou de travail collaboratif à distance sont autant de conséquences de la crise sanitaire susceptibles d’affecter encore longtemps la recherche en ethnographie.

Panel 2 : Études de genre

Liste des interventions :

  • Aline Henninger (Université d’Orléans) “Mener des entretiens avec des écoliers sur les questions de genre”
  • Jelena Košinaga (University of Szeged) “Methodological Challenges of Doing a Critical Ethnography in Japan During the Precarious Time of Pandemic”
  • Pierre-Jean Colas (Université de Paris) “Un travail de scène ou un travail du sexe ? Présentation d’une enquête de terrain fragmentée réalisée à Tokyo entre 2018 et 2020 ?”
  • Kanae Sarugasawa (Aix-Marseille Université) “Rémunérer ou ne pas rémunérer la personne enquêtée ? Réflexions à partir d’une enquête auprès des travailleur·se·s du sexe au Japon” 

Questions soulevées par le panel :

  • L’étude des questions liées au genre et à la sexualité implique de travailler au contact de populations particulièrement sensibles (enfants, personnes précaires, travailleuses du sexe…), ce qui rend d’autant plus nécessaire de préparer l’approche, de créer des liens de confiance, et donc d’envisager un travail de terrain plus long. Ce travail de terrain sur une longue période peut permettre de débloquer certains accès, ou de s’intégrer progressivement dans l’environnement des personnes étudiées, sans que celles-ci se sentent envahies.
  • Il est également apparu qu’il faut accepter qu’il y ait des moments où le travail de terrain n’est pas « rentabilisable » : on ne parle pas constamment de notre sujet d’étude avec les personnes enquêtées. Dans certains cas, surtout dans des terrains longs, et avec des sujets sensibles, des journées entières vont se passer sans qu’on ait abordé directement le sujet. Ces moments, en plus de rendre l’expérience viable pour chacun·e, permet de tisser des liens avec les personnes enquêtées et avec les communautés. Ils sont donc très importants également, et ne doivent pas générer de frustration excessive.
  • Dans certains cas (recherche de financement ou demande d’accès à des institutions par exemple), il est nécessaire d’adapter la présentation du travail de recherche à l’interlocuteur·trice, voire d’en minimiser les aspects les plus sensibles.
  • Une réflexion a également émergé sur la question de la rémunération des personnes enquêtées, et plus largement sur le thème de ce que les enquêté·e·s ont à gagner du travail de recherche. Les interviewé·e·s consacrent du temps et de l’énergie à répondre aux questions de l’enquêteur·euse, c’est donc du temps qui leur « coûte », sans compter que les questions peuvent être désagréables, ou toucher à des sujets sensibles, il peut donc y avoir un coût émotionnel également. Or ils et elles n’en retirent parfois pas grand-chose, mis à part le sentiment d’être entendu·e, écouté·e. Dans cette situation, ne peut-on pas estimer qu’il serait normal pour le ou la scientifique de rémunérer les personnes interviewées ?  

Panel 3 : L’ethnographie aux carrefours des disciplines

Liste des interventions :

  • Myriam Akian (Université de Paris) “Observer son terrain sous toutes ses coutures. Quand Histoire, Archéologie, Sociologie et Anthropologie se croisent, un dialogue de sources sans dialogue de sourds : un équilibre parfois difficile à trouver dans la profusion”
  • Alice Berthon (Université Grenoble-Alpe) “Si l’objet reprenait du terrain ?”

Questions soulevées par le panel :

  • Ce panel a interrogé la place du non-humain dans l’ethnographie, discipline qui porte, par définition, avant tout sur le vivant. Étant donné que les objets (dans les fouilles archéologiques comme dans le travail sur des périodes plus récentes) résultent d’un travail humain, on s’aperçoit que leur étude peut enrichir l’ethnographie.
  • Il apparaît que l’objet est présent dans la grande majorité des sujets d’étude (dans le travail sur les clubs sportifs comme dans celui sur les mouvements sociaux par exemple), et peut en cela être considéré comme un élément transversal particulièrement riche en informations.
  • L’objet est toujours remis en contexte par le chercheur ou la chercheuse, qui sélectionne parmi la multitude d’objets ceux qui seront étudiés, la façon dont ils seront décrits et exposés, l’analyse qui en sera faite… En cela, l’objet ne doit pas être considéré comme un élément objectif et neutre, mais bien un appui pour l’analyse scientifique, lui aussi soumis à la subjectivité du chercheur ou de la chercheuse.

Panel 4 : L’ethnographie dans les études locales

Liste des interventions : 

  • Frédéric Lesigne « Réappropriation du savoir ethnographique au Japon – Cas de la fête d’okonai dans le village de Nagoshi  »
  • Jean-Michel Butel (Inalco) “Conflits d’histoire locale : les agents de la création des monographies”
  • Mary Picone (EHESS) “Réflexions sur les microbes et rites de commémoration pour leurs âmes célebrés par des scientifiques Japonais (1980-2015)”

Questions soulevées par le panel :

  • Une tendance à la montée en puissance de la sociologie au détriment de l’anthropologie semble révéler une évolution dans le temps de la recherche en ethnologie. Les différents domaines qui co-existent au sein de l’ethnologie voient leur influence croître ou diminuer au fil du temps, ces évolutions sont souvent le reflet de tendances du monde scientifique qui dépassent le domaine des études en japonologie.
  • Il n’en reste pas moins que le savoir détenu par les populations locales est une source d’information précieuse en ethnographie. Il est souvent hérité de génération en génération et peut éclairer davantage la réalité du terrain ainsi que le travail de recherche.
  • Dans ce cas-là, le rapport enquêteur·trice/enquêté·e n’est pas asymétrique car ce sont les populations locales qui détiennent le savoir et ont donc le choix de le transmettre ou non. Cet exemple met en lumière la pluralité des rapports qui existent entre  scientifique et individus étudié, selon les méthodes propres au chercheur/à la chercheuse, le sujet d’étude, la discipline (sociologie ou anthropologie), la durée du terrain…

Les journées d’études se sont conclues sur la présentation de deux ouvrages par Jean-Michel Butel : Les yeux de la ville – Vigilance et lien social, France-Japon, analyses croisées, TOKUMITSU Naoko, 2021et Le dernier empire de la presse – Une sociologie du journalisme au Japon, CASTELLVI César, 2022

                        

Terrains Japonais – Programme des premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises (jeudi 24 – vendredi 25 mars 2022)

Lien d’inscription pour suivre les journées en ligne

Journée 1
Jeudi 24 mars 2022
(Université de Paris, bâtiment Grands Moulins salle 481C)

9h15 / Café d’accueil

9h45 – 10h00 / Mot d’introduction 

10h00 – 12h00 /  Panel 1 : L’ethnographie dans les études sur la ville et la jeunesse 

Discutant : César Castellvi

  • 10h00 – 10h30 / Tokumitsu Naoko (Inalco)
    “Regards sur l’hygiène urbaine dans un contexte de covid-19”
  • 10h30 – 11h00 / Yosri Razgui (Université de Kobe)
    “Football, culture itinérante et « re-symbolisation » : récit d’une observation participante parmi les supporters du Vissel Kobe”
  • 11h00 – 11h30 / Chiara Manno (Université Paris Nanterre)
    “Recueil d’un corpus d’interactions spontanées au Japon : démarche méthodologique”
  • 11h30 – 12h00 / Sonia Silva (Université métropolitaine de Tokyo)
    “Problématiques et enjeux d’une enquête de terrain au Lycée Français International de Tokyo : la langue en question”

12h00 – 14h00 / Pause déjeuner 

14h00 – 16h00 / Panel 2 : L’ethnographie dans les études de genre 

Discutante :  Anne-Lise Mithout

  • 14h00 – 14h30 / Aline Henninger (Université d’Orléans)
    “Mener des entretiens avec des écoliers sur les questions de genre”
  • 14h30 – 15h00 / Jelena Košinaga (University of Szeged)
    “Methodological Challenges of Doing a Critical Ethnography in Japan During the Precarious Time of Pandemic”
  • 15h00 – 15h30 / Pierre-Jean Colas (Université de Paris)
    “Un travail de scène ou un travail du sexe ? Présentation d’une enquête de terrain fragmentée réalisée à Tokyo entre 2018 et 2020 ?”
  • 15h30 – 16h00 / Kanae Sarugasawa (Aix-Marseille Université)
    “Rémunérer ou ne pas rémunérer la personne enquêtée ?Réflexions à partir d’une enquête auprès des travailleur·se·s du sexe au Japon” 

Pause (20 minutes) 

16h20-17h20 /  Panel 3 : L’ethnographie aux carrefours des disciplines

Discutant : Jean-Michel Butel

  • 16h20 – 16h50 / Myriam Akian (Université de Paris)
    “Observer son terrain sous toutes ses coutures. Quand Histoire, Archéologie, Sociologie et Anthropologie se croisent, un dialogue de sources sans dialogue de sourds : un équilibre parfois difficile à trouver dans la profusion”
  • 16h50 – 17h20 / Alice Berthon (Université Grenoble-Alpe)
    “Si l’objet reprenait du terrain ?”

18h00 – 20h00 / Projection du documentaire (Auditorium de l’Inalco) 

空に聞く Listening to the air, film documentaire de KOMORI Haruka, 2018, 73 minutes

Prix du jury au festival du film documentaire Fenêtres sur le Japon 2021

A la suite de la projection un court débat sera animé par Dimitri Ianni, co-organisateur du festival Fenêtres sur le Japon.

Journée 2
vendredi 25 mars 2022
(Université de Paris, bâtiment Grands Moulins salle 481C)

10h00 – 11h30 / Panel 4 : L’ethnographie dans les études locales

Discutante : Charlotte Lamotte ?

  • 10h00 – 10h30 / Frédéric Lesigne (Université de Strasbourg)
    “Réappropriation du savoir ethnographique au Japon — Cas de la fête d’okonai dans le village de Nagoshi (département de Shiga)”
  • 10h30 – 11h00 / Jean-Michel Butel (Inalco)
    “Conflits d’histoire locale : les agents de la création des monographies”
  • 11h00 – 11h30 / Mary Picone (EHESS)
    “Réflexions sur les microbes et rites de commémoration pour leurs âmes célebrés par des scientifiques Japonais (1980-2015)”

11h30 – 13h00 / (pause déjeuner) 

13h00 – 14h30 / L’ethnographie comme méthodologie sur le terrain japonais : débat autour des publications récentes

Avec Naoko Tokumitsu (Les yeux de la ville — Vigilance et lien social. France-Japon, analyses croisées, Maisonneuve & Larose, 2021) et César Castellvi (Le dernier empire de la presse — Une sociologie du journalisme au Japon, CNRS éditions, 2022). 

Animé par Jean-Michel Butel

14h30-15h00 / Discussion générale : l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises — présentation des réalisations et projets

Animée par César Castellvi

Pour les personnes souhaitant assister aux journées en ligne, vous pouvez contacter les organisateurs pour obtenir le lien Zoom :
jean-michel.butel[at]inalco.fr
cesar.castellvi[at]u-paris.fr
anne-lise.mithou[at]u-paris.fr

Programme à télécharger en PDF

Présentation des conférenciers et résumé des communications

Panel 1 : L’ethnographie dans les études sur la ville et la jeunesse 

Tokumitsu Naoko (jeudi 24 mars 2022, 10h00-10h30)

Regards sur l’hygiène urbaine dans un contexte de covid-19
Cette communication vise à présenter mes recherches en cours, portant en particulier sur la question de l’hygiène urbaine en rapport avec les relations de voisinage. En prenant appui sur quelques entretiens semi-directifs réalisés à distance, je présenterai mon projet de recherche. Il s’agira d’étudier la manière dont la Covid-19 a exercé une influence sur les pratiques des commerçants locaux ainsi que sur l’organisation des espaces du tissu urbain, dont certains sont désignés comme sources de contagion, voire de conduites pathogènes.

Profil 
Naoko Tokumitsu est sociologue, maître de conférences en études japonaises à l’Inalco. Ses recherches portent sur la question de l’ordre et de la sécurité dans les villes, des associations de voisinage et sur l’histoire de la police au Japon.

Yosri Razgui (jeudi 24 mars 2022, 10h30-11h00)

Football, culture itinérante et « re-symbolisation » : récit d’une observation participante parmi les supporters du Vissel Kobe”
Cette intervention proposera les résultats d’une enquête menée sur les supporters du Vissel Kobe, un club de football japonais évoluant en J-League 1, entre février 2020 et février 2022. En considérant le football comme une pratique culturelle globale, il s’agira de présenter une observation participante qui souligne les enjeux de l’anthropologie de la contemporanéité, de la culture itinérante transnationale et d’une « re-symbolisation » d’une pratique dans un contexte socio-culturel différent. Après une exposition des thématiques de recherche et des diverses méthodologies ethnographiques employées pour la totale dans la vie d’un supporter, à travers les activités du groupe ultra et le suivi de l’intégralité des matchs dans les stades, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Il s’agira aussi d’évaluer les difficultés des enquêtes de terrain dans les « football studies », en raison de la pandémie de Covid-19. collecte de données, l’intervention proposera un compte-rendu de l’immersion 

Profil 
Yosri Razgui est doctorant en études culturelles à l’Université de Kobe, au Japon, financé par la bourse gouvernementale MEXT. Il est par ailleurs diplômé d’une licence en langue et culture japonaise (2015) et d’un master en anthropologie culturelle (2018) à l’Université Ca’Foscari de Venise.

Chiara Manno (jeudi 24 mars 2022, 11h00 – 11h30)

Recueil d’un corpus d’interactions spontanées au Japon : démarche méthodologique
Notre étude s’inscrit dans le domaine de l’analyse des interactions verbales. Par « interaction verbale », on entend « toute forme de discours produit collectivement par l’action ordonnée et coordonnée de plusieurs interactants » (Kerbrat-Orecchioni, 1998 : 55). L’entrée d’analyse est le comportement de l’allocutaire, et plus précisément, les signaux verbaux et non verbaux qu’il emploie pour montrer sa participation active dans l’interaction, appelés en japonais aizuchi. Dans cette intervention, nous exposerons la démarche méthodologique mise en place pour le recueil d’un corpus de conversations spontanées constituant le cœur de cette recherche. Nous commencerons par l’entrée sur le terrain, qui inclut la prise de contact avec les participants, à savoir dix étudiants de l’université de Kobe, la soumission des formulaires d’autorisation, l’enregistrement des interactions. Ensuite, nous décrirons les outils utilisés pour l’analyse des données et pour finir, nous montrerons quelques résultats préliminaires.

Profil
Chiara Manno a obtenu un Master 2 en Didactique des Langues à l’université Paris 8 (2017) et un master 2 en Études Japonaises à l’université Paris Diderot (2015). Tout au long de son cursus, elle a effectué plusieurs séjours d’études au Japon, notamment à l’université Ochanomizu de Tokyo (2014-2015) et à l’université de Kobe (2018-2019). Elle est actuellement doctorante en Sciences du Langage à l’Université Paris Nanterre, sous la direction de Chantal Claudel (Université Paris Nanterre) et Jean Bazantay (Inalco). Sa recherche porte sur les régulateurs discursifs en français et en japonais.

Sonia Silva (jeudi 24 mars 2022, 11h30 – 12h00)

Problématiques et enjeux d’une enquête de terrain au Lycée Français International de Tokyo : la langue en question” 
On pourrait penser que les établissements d’éducation français de l’étranger sont fréquentés essentiellement par des nationaux français, mais en regardant le cas du Lycée Français de Tokyo, on constate que celui-ci accueille des élèves de près de cinquante nationalités différentes. À travers l’interview des parents d’élèves, l’un des objectifs de ma thèse est d’interroger les raisons qui les poussent à choisir un établissement d’éducation international pour leurs enfants. Lors de l’établissement de l’échantillonnage des interviews constituant la base de mon enquête sociologique, une première difficulté du terrain s’est cristallisée autour de la question de la langue de communication. Par exemple, certains parents japonais ne parlant pas français, craignaient de ne pas pouvoir communiquer correctement avec moi et opposaient des réticences à participer à l’enquête.  Le choix de la langue japonaise comme langue d’interview a permis de contourner cet obstacle mais à soulever d’autres difficultés quant à la préparation en amont et lors de l’analyse des données, ce que nous aborderons au cours de cette la narration de mon expérience personnelle a aussi été un des moyens m’ayant permis de réaliser cette enquête. présentation.

Profil
Sonia Silvia est titulaire d’un M1 en études japonaises de l’Inalco et d’un master de sociologie de l’Université Métropolitaine de Tokyo où elle poursuit actuellement sa thèse de doctorat.

Panel 2 : L’ethnographie dans les études de genre

Aline Henninger (Jeudi 24 mars, 14h00 – 14h30)

“Mener des entretiens avec des écoliers sur les questions de genre”
Lors de mon travail de doctorat (2016) portant sur la socialisation de genre à l’école élémentaire au Japon et qui a nécessité un travail de terrain de 5 mois dans quatre écoles (à Tôkyô, Saitama et Yamagata), mon objectif était de comprendre comment les représentations genrées, androcentrées et hétéronormées se produisent, et par quels processus les enfants les intériorisent. 
Je souhaiterais montrer, dans cette communication, quelles sont les difficultés que rencontre un chercheur qui travaille sur la sexualité juvénile, notamment pour la préparation des entretiens avec des enfants âgés de 6 à 12 ans. Comment et jusqu’à quel point est-il possible d’aborder les sujets liés au genre et à la sexualité lors d’une enquête de terrain située à l’école ? Quels protocoles utiliser dans le cadre scolaire ? Quelle peut être l’attitude des enseignants et de l’équipe de direction vis-à-vis de l’enquête ? Quelles difficultés peut-on rencontrer lorsque les corpus en anthropologie de l’enfance commencent à aborder avec précision la question de la construction des représentations de la sexualité chez les enfants ? Le cadre proposé par l’association interdisciplinaire des ethnographies japonaises permettra d’échanger à propos de l’ensemble de ces questions méthodologique de « cuisine de terrain » dans le cadre de l’école japonaise.

Profil
Aline Henninger est maîtresse de conférences en études japonaises à l’Université d’Orléans. Dans le cadre de sa thèse soutenue en 2016, elle a effectué une observation participante entre septembre 2013 et juin 2014 dans quatre écoles élémentaires japonaises, tout en participant aux groupes de formation d’enseignants de deux de ces écoles. Elle mène des recherches portant sur les questions de genre dans l’éducation (socialisation de genre, sexisme scolaire, politiques éducatives en faveur de l’égalité des sexes, représentations dans les manuels scolaires, histoire de l’éducation sexuelle) et l’histoire du lesbianisme au japon (féminisme lesbien, histoire et rôle des associations LGBT pour le mariage pour tous).

Jelena Košinaga (Jeudi 24 mars, 14h30 – 15h00)

Methodological Challenges of Doing a Critical Ethnography in Japan During the Precarious Time of Pandemic
The past three decades have shown a great interest in researching Japanese women’s desire for English and the West, both romantically and professionally (Kelsky, 1996; 2001; Piller & Takahashi, 2006; Nonaka, 2018). The choice of my research theme is born out of what I perceive as the limitation of the existing research. The aforementioned studies will be revisited by utilizing different research methods to challenge the situated understandings of Japanese women’s desire and suggest more nuanced interpretations that do away with the heteronormative trends and strive for a more fluid conceptualization of desire. Initially, I intended to discuss the circumstances these women encountered upon their decisions of not belonging to a specific social grouping, their pursuit for ideal subjectivities, and novel forms of desire that emerge from their ‘rebelling’ against the traditional principles of a cultural group. However, considering that pandemic brought forth some novel trends in Japanese internationalization, these plans will have to be addressed as the pre-Covid phase of research because the data was collected between 2018 and 2019. Moreover, the fieldwork and the interviews will have to be revisited in the stage referred to as the post-Covid one. Hopefully, this practice will bring about more nuanced understandings of Japanese women’s desire for English within the overwhelming discourses of xenophobia, homogeneity, and isolationism. Therefore, this paper will discuss the precarious position of a researcher-observer and the very methodological struggles in conducting ethnographic research amidst the Covid pandemic. 

Profil
Jelena Košinaga est doctorante à l’Institut d’Etudes Anglaises et Américaines de l’Université de Szeged. Ses recherches portent sur le genre et le désir au Japon, la plasticité et le féminisme matérialiste. Elle s’intéresse en particulier au désir des femmes japonaises envers l’apprentissage de l’anglais et aux stéréotypes de la féminité.

15h00 – 15h30 / Pierre-Jean Colas (Université de Paris)

“Un travail de scène ou un travail du sexe ? Présentation d’une enquête de terrain fragmentée réalisée à Tokyo entre 2018 et 2020 ?”
Cette présentation a pour objet la double enquête de terrain que j’ai mené à Tokyo entre 2018 à 2020, plus particulièrement dans les quartiers d’Akihabara et de Shinjuku. Outre l’opportunité de présenter des populations peu étudiées dans le monde francophone des études japonaises, je souhaite aussi détailler le travail analytique qui m’a amené à suggérer de redéfinir mon groupe d’enquêtées principales, des underground idols du quartier de Akihabara, comme des travailleuses du sexe à partir des données collectées. Ces dernières, et l’analyse qui en découle, n’auraient sans doute pas été possibles sans ce travail de terrain fragmenté et l’usage d’outils méthodologiques comme l’observation participante couplée à des entretiens semi-directifs. 
La nouvelle catégorisation de mes enquêtées dans un continuum du travail du sexe offre un cadre d’analyse original pour expliciter certaines tensions que j’ai pu observer sur le terrain et qui ont été évoquées par mes enquêtées à propos de leur activité d’underground idols en entretien. Mais elle s’oppose surtout à la définition habituelle de l’activité d’underground idol donnée dans la littérature scientifique, dont une partie des résultats est également tirée d’enquêtes ethnographiques.
Comment expliquer alors les différences d’interprétations entre celle de mon travail de recherche et celle de mes prédécesseurs, malgré une méthode et des terrains similaires ?
J’essaierai d’apporter quelques pistes de réflexion en me concentrant sur l’importance de la démarche réflexive pour le chercheur vis-à-vis de son terrain. Plus particulièrement dans une optique de légitimation de son objet de recherche, le risque ne serait-il pas de négliger certaines pistes d’analyse pourtant “évidentes” dans un contexte socioculturel japonais ? 

Profil

Diplômé de deux masters en sciences humaines et sociales de l’EHESS (2019) et en études japonaises de l’Université de Paris (2021), j’ai débuté en 2018 une enquête de terrain à Tokyo que j’ai mené jusqu’en 2020, date de mon retour en France.  

Kanae Sarugasawa (Jeudi 24 mars, 15h30 – 16h00)

“Rémunérer ou ne pas rémunérer la personne enquêtée ?Réflexions à partir d’une enquête auprès des travailleur·se·s du sexe au Japon” 

« Les chercheurs sont parfois perçus comme des “maquereaux”. Ils viennent sur le terrain et prennent ce qu’ils peuvent. Ensuite, ils retournent dans leurs campus, rédigent, publient et font carrière […]. Ils utilisent les personnes dont ils prennent les données. » (OʼNeill 1996 : 132)
Ces mots de Maggie OʼNeill peuvent paraître choquants. Pourtant, quand notre recherche porte sur les travailleur·se·s du sexe, nous remarquons inévitablement les inégalités qui existent entre le chercheur et la personne enquêtée. Le premier exerce un emploi non stigmatisé – et particulièrement stable dans le cas d’un chercheur titulaire – et l’enquête fait partie de son travail. La deuxième est souvent dans la précarité, possiblement soumise à des préjugés même au cours de l’enquête et subit éventuellement une perte momentanée de revenus, puisqu’elle ne peut travailler pendant le temps de l’entretien. De plus, cette relation inégale peut affecter le sens, le processus, les résultats de l’enquête. Comment anticiper et réduire ces inégalités sans impacter la recherche ?
Du point de vue de l’éthique de la recherche, il existe une divergence d’opinion à ce sujet au sein de la communauté universitaire comme parmi les organisations internationales. Quant aux travailleur·se·s du sexe militant·e·s en Asie et dans le Pacifique, les personnes concernées (tôjisha) élaborent depuis les années 2000 des pratiques considérées comme les plus éthiques dans la recherche portant sur le travail du sexe ; elles proposent notamment que les personnes enquêtées soient rémunérées en échange du temps consacré à cette activité (Aoyama 2020). À partir d’une enquête réalisée auprès des travailleur·se·s du sexe au Japon en 2019 et 2020, cette communication interroge notre pratique de la recherche en terrain sensible, plus particulièrement dans la pertinence de rémunérer ou non la personne enquêtée.

Profil
Kanae Sarugasawa est enseignante-chercheuse à l’IrAsia (CNRS/AMU), chercheuse associée à l’IFRAE (CNRS/Inalco/Université de Paris) et membre du projet JSPS Rethinking the Nexus Migration and Sex Work Trafficking (2019-2022) coordonné par Aoyama Kaoru (université de Kôbe) et Hélène Le Bail (CNRS-CERI Sciences Po). Ses recherches portent sur le stigmate, l’agentivité et le militantisme des mères célibataires (thèse doctorale) et des travailleur·se·s du sexe (recherches actuelles) dans le Japon contemporain.

Panel 3 : L’ethnographie aux carrefours des disciplines

Myriam Akian (Jeudi 24 mars, 16h20 – 16h50)

Observer son terrain sous toutes ses coutures. Quand Histoire, Archéologie, Sociologie et Anthropologie se croisent
Dans le cadre de ma recherche sur les mouvements de protection des sites archéologiques au Japon de 1945 à nos jours, j’ai effectué, entre 2017 et 2020, plusieurs terrains de recherche répétés sur chacun des cinq sites composant mon corpus d’études de cas. Sans former le cœur méthodologique ni disciplinaire de ma recherche, l’observation participante et non-participante sont, pourtant, devenues très vite des outils-clés pour la collecte de témoignages, de sources et d’informations sur le terrain. La démarche ethnographique s’est avérée un outil précieux pour une meilleure compréhension du contexte local ainsi qu’une voie efficace d’intégration au terrain et aux réseaux d’acteurs. Elle s’est aussi révélée moteur d’accès à d’autres types de sources, plus« historiques » notamment, auxquelles je n’aurais sans doute pas eu accès sans ces introductions et mises en contact particulières.
Si la question de la mise en place puis de la réalisation du terrain ainsi que celle de la collecte d’informations sont des enjeux déterminants, voire sine qua none, à la réalisation d’une recherche, le traitement de la richesse des données produites en est une autre qui passe souvent plus inaperçue. Si le terrain s’observe de l’intérieur, il doit se penser ensuite depuis un « extérieur réflexif » parfois difficile à retrouver, et ce d’autant plus lorsque l’on essaye de croiser les disciplines (archéologique, historique, sociologique et anthropologique) et de conjoindre analyse générale et étude de cas et terrains. Un « problème de riche » qui peut être parfois difficile à trancher.
Entre adaptation et étude de chaque terrain, et rigueur méthodologique et analyse globale, j’aborderai, à l’échelle de mon expérience limitée, les bienfaits et difficultés du croisement méthodologique, disciplinaire et de la multiplication des études de cas au sein d’une recherche et d’un terrain d’étude.

Profil
Myriam Akian est doctorante à l’Université de Paris, à l’Ecole Doctorale 131, et au CRCAO, sous la direction d’Annick Horiuchi et Laurent Nespoulous. Elle se spécialise sur l’archéologie japonaise et plus particulièrement sur les liens entretenus entre archéologie et société. Après des Licences d’Histoire, de Philosophie, d’Archéologie et de Japonais, et un premier Master d’Archéologie à l’Université Paris IV-Sorbonne s’intéressant aux sites d’habitats de la période Kofun au Japon, puis un second Master d’Etudes japonaises à l’Université Paris Diderot s’intéressant au mouvement de protection du site archéologique de Mukibanda dans le département de Tottori, sa recherche doctorale prend désormais pour objet d’enquête et de réflexion les mouvements de protection et de valorisation des sites archéologiques au Japon qui émergent et se développent de la fin de la Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui, au regard notamment de l’histoire de l’Archéologie et des questions de mémoire(s) et de patrimonialisation.

Alice Berthon (Jeudi 24 mars, 16h50 – 17h10)

Et si l’objet reprenait du terrain ?
Cette communication propose de revenir sur une pratique ethnographique qui a fait fureur au début du développement de la discipline et qui semble être tombée un peu en désuétude. Il s’agit d’aborder la collecte d’objets ethnographiques pour étude, classification et mise en exposition et ce, dans une perspective historique : des débuts de l’intérêt pour la culture matérielle jusqu’à l’ouverture du premier musée national d’ethnologie au Japon. 
A l’heure où les enquêtes ethnographiques in situ au Japon sont encore difficiles à envisager, que l’espace numérique semble devenir un nouveau terrain par dépit ou non,  cette présentation souhaite interroger (ou plutôt ouvrir la discussion) sur la place de la matérialité et de l’objet dans le terrain et l’étude ethnographique. 
Quelle(s) information(s) peuvent nous fournir les objets ? Quelle(s) place(s) occupent-ils dans la pratique ou le phénomène étudié ? Comment et pourquoi interroger la relation entre l’objet et le sujet ? Peut-on parler de matérialité numérique ? …

Profil
Issue d’une formation en histoire de l’art à l’université de Nanterre, Alice Berthon s’inscrit en thèse au département de japonais à l’Inalco et soutient en 2017. Devenue maitresse de conférences à l’université Grenoble-Alpes en 2020, membre de l’lILCEA4, elle poursuit ses recherches sur les musées essentiellement d’histoire, de folklore et d’ethnologie au Japon.

Panel 4 : L’ethnographie dans les études locales

Frédéric Lesigne (vendredi 25 mars 2022, 10h0 – 10h30)

Réappropriation du savoir ethnographique au Japon — Le cas de la fête d’okonai dans le village de Nagoshi (département de Shiga)
Comment les habitants dans les campagnes se réapproprient-ils le savoir produit par l’ethnologie japonaise ? Les minzokugakusha actuels souhaitent-ils et peuvent-ils apporter des transformations dans les pratiques sociales au sein des communautés villageoises par leurs travaux de recherche ? Dans le cadre d’un TD d’introduction aux techniques de terrain de la minzokugaku à l’université de Kanagawa, le groupe d’étudiants dont je faisais partie a pu se sensibiliser à ces questions à travers un terrain ethnographique mené dans le village de Nagoshi, situé dans le département de Shiga et rattaché à la commune de Nagahama. Alors que les habitants nous avaient largement ouvert leurs portes, nous autorisant même à filmer la fête d’okonai du Nouvel An qui fait leur fierté, je me suis interrogé sur les raisons de cet accueil et leur attente face à un travail ethnographique réalisé par des éléments extérieurs à leur village et à leur vie quotidienne. La richesse culturelle de leurs pratiques, où se rencontrent un syncrétisme shintô-bouddhique finalement peu compris par les habitants eux-mêmes, en tout cas d’un point de vue théorique, est la découverte la plus paradoxale et la plus stimulante de cette expérience. Par ailleurs, l’attitude résolument en surplomb qui caractérisait la démarche historiciste du professeur Fukuta Ajio, conjuguée à son éthique de chercheur lui imposant manifestement de ne pas apporter de clés d’explication aux habitants risquant de bouleverser les équilibres sociaux, ont suscité des questions épistémologiques sur lesquelles je continue de réfléchir à travers un dialogue critique que je mène à distance avec les chercheurs japonais depuis une dizaine d’années, et en me formant afin de pouvoir à terme revenir sur ce même terrain pour interroger les habitants avec des outils plus appropriés.

Profil
Ancien étudiant de l’INALCO, M2 en études japonaises (2014), Frédéric Lesigne a été doctorant au département de Recherche en ressources historiographiques et ethnographiques (Rekishi-minzoku-shiryôgaku-kenkyûka) de l’Université de Kanagawa (2003-2011). Il est aujourd’hui professeur agrégé de langue et civilisation japonaises, en poste au Lycée Jean Monnet à Strasbourg.

Jean-Michel Butel (vendredi 25 mars 2022, 10h30 – 11h00)

Conflits d’histoire locale : les agents de la création des monographies

Profil
Maître de conférences à l’Inalco, où il est responsable de la spécialité anthropologie en master, Jean-Michel Butel mène un travail de terrain sur l’île de Hachiijôjima. Sa recherche porte sur l’amour, le couple, la famille, mais aussi l’histoire des études folkloriques et de l’ethnologie au Japon. Son terrain l’a poussé à explorer également les mouvements de migration, philippinne en particulier, et la pratique du taiko.

Mary Picone (vendredi 25 mars 2022, 11h30 – 12h00)

Réflexions sur les microbes et rites de commémoration pour leurs âmes célebrés par des scientifiques Japonais (1980-2015)
En 1981 l’ancien président d’une société de biotechnologie produisant des enzymes édifia une stèle funéraire (kintsuka 菌塚) à fin de remercier et prier pour les millions de microbes cultivés et ‘sacrifiés’ par son entreprise. Une urne contenant des cendres de bacillus subtilis (natto) fut inhumée à sa base. La stèle est située près du Manshu-in de Kyoto, où chaque année des prêtres célèbrent un rite de commémoration (kuyô) pour ces êtres invisibles auxquels on attribue une âme. Une quarantaine de microbiologistes réputés ainsi que des dirigeants d’entreprises de production d’aliments par fermentation ou de pharmacologie ont écrit des textes de réflexion sur les microbes et sur le sens qu’ils attribuent à ce rite. Le site est visité par de nombreux universitaires spécialistes de ce domaine, accompagnés de leurs étudiants. En 2015, deux autres kintsuka, ornées par des dessins gravés, ont été fabriquées par un spécialiste des cyanobactéries et de la ‘vie artificielle’, entre autres comme installation artistique. Depuis les années 70 on assiste à une multiplication de rites élaborés et très suivis commémorant le‘sacrifice volontaire’ des animaux  d’élevage ou de laboratoire. Dès lors on peut considérer les microbes comme une extension de cette dernière catégorie.

Profil
Après un doctorat d’anthropologie à l’université d’Oxford, et une période d’enseignement à Princeton, Mary Picone a rejoint l’EHESS où elle a été maîtresse de conférences, membre de l’UMR CNRS-EHESS Chine, Corée, Japon. Elle poursuit des recherches de terrains au Japon depuis 1980, surtout dans la région de Kyoto-Osaka. Ses thèmes de recherche principaux  sont l’anthropologie de la mort et de la maladie en lien avec le religieux et l’imaginaire, et l’anthropologie visuelle.

Appel à communications / 31st Japan Anthropological Workshop Conference in Barcelona, July 6-9, 2022 (date limite : 14 février 2021)

The 31st JAWS Conference will be held in Barcelona, from July 6-9, 2022.

The conference will be 100% face-to-face and based around the global theme: Research  on Japan in the (Post-)COVID-19 Era 

The organization of the conference and its program will be managed by Blai Guarné  (UAB): blai.guarne@uab.cat 

Dates: July 6-9, 2022

Venue: Faculty of Translation and Interpreting, Universitat Autònoma de Barcelona  (UAB, Autonomous University of Barcelona), Barcelona (Catalonia, Spain) 

Official website : https://japananthropologyworkshop.org/upcoming-31st-jaws-conference/

Call for Papers & Panels

Research on Japan in the (Post-)COVID-19 Era  

Since the last face-to-face JAWS Conference, held in Aarhus (Denmark) in April 2019,  Japan left the Heisei era behind to fully enter the Reiwa era. The country commemorated  the 10th anniversary of the March 2011 triple disaster, despite multiple unknowns  remaining such as communities undergoing reconstruction and daily recovery. And, due  to the global pandemic, Japan postponed the Tokyo 2020 Olympic Games for a year,  finally holding them in 2021 amid widespread social opposition in view of the need to  concentrate government efforts on the ongoing fight against COVID-19. 

Since Aarhus 2019, there can be no doubt that the COVID-19 crisis has shaken Japan  more than any other event, as it has our research projects and personal realities, which  have been affected by a pandemic that has seen our daily lives flooded by dystopian  images. Concepts like ‘social distancing,’ ‘state of emergency,’ ‘lockdown’, and ‘contact 

tracing apps’ have become the norm in a resignified social context labelled as the ‘new  normal,’ while throughout the world we have become accustomed to interpreting  information and statistics on epidemic waves, antigen tests, and vaccination  percentages. 

These developments have added new and complex dimensions to the sense of  uncertainty that Japan began to experience more than two decades ago, stoking the  perception of the social and economic imbalances and inequalities of what has been  described as a ‘disparity society.’ The transformations these new challenges require are  as deep in magnitude as they are global in scope. Paradoxically, the Tokyo Olympic  Games, originally conceived as a celebration of post-Fukushima national recovery in  which a reinvigorated Japan was going to flaunt its international profile as a cultural  superpower and global tourist destination, has ended up being an understated  commemoration of an uncertain post-COVID recovery, despite the 

multiculturalist  fantasy and discourse of universal gratitude and hope exhibited in its restrained opening  ceremony. 

With the state of affairs as it is, and bearing in mind that the JAWS Conference 2022 in  Barcelona will be the first face-to-face meeting many of JAWS members will attend since  the beginning of the pandemic, there is little doubt the meeting should be dedicated to  reflecting on what Japan, and by extension our research on its social and cultural 

realities, are going through. Our ultimate aim is to broadly examine the ongoing impact  and effects, as well as the immediate consequences and implications of the COVID-19  crisis for both Japanese society at large and, more specifically, our research projects. 

This is an explicitly and deliberately open theme, chosen to allow all members of JAWS –from different research interests and various stages of their academic careers– to have  a space to discuss and renew our shared endeavors regarding the Anthropology of  Japan in the (Post-)COVID-19 era. This comes after all the difficulties we have faced  (funding, cancelled projects, postponed fieldwork, etc.), but also the new opportunities  that have emerged (online research, remote fieldwork, digital meetings, etc.) over the last two years. We, therefore, welcome the submission of individual papers and panel  proposals related to this broad theme, so that together we can build a relaxed and  productive scholarly environment in Barcelona, focused on the Anthropology of Japan. 

By the same token, and despite the conference’s deliberately open theme, the  submission of any individual paper and panel proposal that is not directly related to this  subject, is also more than welcome, as is customary at the JAWS conferences. 

Deadlines and notification

Based on the new conference dates, a new period for submitting individual paper and panel proposals (abstracts of 250 words) has been announced with a single deadline on 14 February 2022 and date for notification of successful submissions on 28 February 2022. Please send your proposals to the following email address: 

jaws2022barcelona[at]gmail.com

Conference website: the JAWS 2022 homepage at UAB will be open by October, and will provide practical information on the Conference and for your stay in Barcelona.

Appel à communications / “Terrains japonais” – Rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises 2022 (jeudi 24 et vendredi 25 mars 2022)

Appel à communications

Terrains japonais

– Rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises 2022 – 

Dates : Jeudi 24 et vendredi 25 mars 2022

Lieu : Inalco / Université de Paris

Date limite d’envoi des propositions : 15 janvier 2022

Présentation : 

Au-delà des disciplines et des objets, la pratique ethnographique constitue une approche efficace et spécifique permettant d’approfondir l’analyse du Japon contemporain. L’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises se veutun espace d’échange pour les chercheurs en japonologie utilisant une pratique de terrain dans le cadre de leur recherche (https://terrainjapon.hypotheses.org). Elle suscite des Rencontres dont les objectifs sont multiples : effectuer un état des lieux de résultats d’enquête récents et de projets à venir ; initier des collaborations nouvelles ; ouvrir une fenêtre aux étudiants intéressés par l’ethnographie appliquée au Japon ; approfondir des questionnements sur la méthode ethnographique et partager des « trucs de terrain ». 

Les deux journées prévues en 2022, dont Fujita Yuiko, professeure de sociologie à l’Université Meiji sera l’invitée d’honneur, seront structurées autour d’un atelier de présentation des travaux des participants. Elles accueilleront également un espace de discussion sur les publications récentes, ainsi que la présentation de films documentaires. 

Format :

Elles sont ouvertes à tous, jeunes chercheurs comme vétérans, dès lors que l’ethnographie – comprises ici dans le sens d’un recours à des observations participantes ou non participantes, au Japon, sur une période régulière de plusieurs semaines – joue un rôle central dans leur recherche. 

Chaque intervenant disposera de 20 minutes pour présenter ses travaux, suivies de 10 minutes de discussion avec les autres participants. 

Les propositions d’intervention devront être transmises avant le 15 janvier 2022. Elles devront présenter un titre, un résumé de l’intervention d’une dizaine de lignes, des mots-clés, ainsi que les informations administratives de la personne candidate. 

Les propositions sont à envoyer à : jean-michel.butel[at]inalco.fr ; cesar.castellvi[at]u-paris.fr ; anne-lise.mithout[at]u-paris.fr.

Planning : 

– 30 novembre 2021 : diffusion de l’appel

– 15 janvier 2022 : fin de la réception des propositions d’intervention

– 30 janvier 2022 : réponse aux propositions

Comité d’organisation : 

Jean-Michel Butel (Inalco)
César Castellvi (UP)
Anne-Lise Mithout (UP)

Pour le moment, les Rencontres 2022 sont prévues en présentiel. L’organisation reste susceptible d’évoluer en fonction du contexte sanitaire. 

Contacts : jean-michel.butel[at]inalco.fr ; cesar.castellvi[at]u-paris.fr ; anne-lise.mithout[at]u-paris.fr

Articles en ligne

Sélection d’articles accessibles en ligne

Articles publiés dans le cadre du projet Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie.