Compte-rendu des Premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises (24 et 25 mars 2022)

Compte-rendu des premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des Ethnographies japonaises

Terrains japonais – 24 et 25 mars 2022

Organisateurs : 

Jean-Michel Butel (Inalco)
César Castellvi (Université Paris Cité)
Anne-Lise Mithout (Université Paris Cité)

Rédaction du compte-rendu :

Thomas Berel (étudiant en M2 à l’Inalco)
Lola Lanier (étudiante en M2 à l’Inalco)

Panel 1 : L’ethnographie dans les études sur la ville et la jeunesse 

Liste des interventions :

  • Tokumitsu Naoko (Inalco) “Regards sur l’hygiène urbaine dans un contexte de covid-19”
  • Yosri Razgui (Université de Kobe) “Football, culture itinérante et « re-symbolisation » : récit d’une observation participante parmi les supporters du Vissel Kobe”
  • Chiara Manno (Université Paris Nanterre) “Recueil d’un corpus d’interactions spontanées au Japon : démarche méthodologique”
  • Sonia Silva (Université métropolitaine de Tokyo) “Problématiques et enjeux d’une enquête de terrain au Lycée Français International de Tokyo : la langue en question”

Questions soulevées par le panel :

  • Le problème de l’acceptation de l’enquête par les enquêté·e·s : Les enquêté·e·s peuvent avoir des réticences vis-à-vis de l’enquête. Ces doutes peuvent être de plusieurs ordres : doutes sur la légitimité du chercheur ou de la chercheuse, doute sur leur propre légitimité à donner leur avis, appréhensions vis-à-vis de la langue utilisée, sentiment de ne pas être concerné·e par le sujet… Cela implique pour le chercheur ou la chercheuse de préparer le terrain, voire de se renseigner sur l’enquêté·e pour créer un lien de confiance, et de faire comprendre dès les échanges préliminaires qu’il s’agit d’un travail sérieux et professionnel. Le travail de terrain n’est pas une simple collecte d’information, des liens tissés avec les enquêté·e·s et les communautés dépendent les résultats de l’enquête (aussi bien en termes quantitatif que qualitatif, ou sur l’orientation donnée aux réponses).
  • L’entretien/l’interview, souvent considéré comme l’élément clef du travail de terrain doit en réalité être vu comme une porte d’entrée plus qu’un aboutissement. L’effet « boule de neige », mentionné par la majorité des intervenant·e·s en témoigne : bien souvent, on fait une première interview avec une personne, se crée alors un lien de confiance grâce auquel l’interviewé·e présente d’autres personnes au chercheur, ou lui permet de venir observer son quotidien un peu plus longuement.
  • La crise COVID : l’impossibilité de se rendre au Japon, et donc de réaliser les enquêtes en face à face ont modifié et rendu plus complexe le rapport aux enquêté·e·s. La distance qui s’instaure rend plus difficile le travail d’approche, la création d’un véritable lien, et la collecte d’informations (communication non-verbale, difficulté de l’effet « boule de neige »). Cela est rendu encore plus vrai par le fait que les personnes interviewées peuvent plus facilement cacher leur environnement, ou le mettre en scène (en choisissant par exemple à dessein l’arrière-plan qu’ils montreront dans un entretien en vidéo, ou en préférant un appel audio à un appel vidéo).
  • Globalement, on peut imaginer que les effets de la crise COVID ne prendront pas fin dans un avenir proche. Terrains entamés mais abandonnés en cours de route, travaux de recherche qui ont dû être interrompus puis repris, modification des modes de communication et de sociabilisation, mais aussi démocratisation des logiciels de vidéo-conférence ou de travail collaboratif à distance sont autant de conséquences de la crise sanitaire susceptibles d’affecter encore longtemps la recherche en ethnographie.

Panel 2 : Études de genre

Liste des interventions :

  • Aline Henninger (Université d’Orléans) “Mener des entretiens avec des écoliers sur les questions de genre”
  • Jelena Košinaga (University of Szeged) “Methodological Challenges of Doing a Critical Ethnography in Japan During the Precarious Time of Pandemic”
  • Pierre-Jean Colas (Université de Paris) “Un travail de scène ou un travail du sexe ? Présentation d’une enquête de terrain fragmentée réalisée à Tokyo entre 2018 et 2020 ?”
  • Kanae Sarugasawa (Aix-Marseille Université) “Rémunérer ou ne pas rémunérer la personne enquêtée ? Réflexions à partir d’une enquête auprès des travailleur·se·s du sexe au Japon” 

Questions soulevées par le panel :

  • L’étude des questions liées au genre et à la sexualité implique de travailler au contact de populations particulièrement sensibles (enfants, personnes précaires, travailleuses du sexe…), ce qui rend d’autant plus nécessaire de préparer l’approche, de créer des liens de confiance, et donc d’envisager un travail de terrain plus long. Ce travail de terrain sur une longue période peut permettre de débloquer certains accès, ou de s’intégrer progressivement dans l’environnement des personnes étudiées, sans que celles-ci se sentent envahies.
  • Il est également apparu qu’il faut accepter qu’il y ait des moments où le travail de terrain n’est pas « rentabilisable » : on ne parle pas constamment de notre sujet d’étude avec les personnes enquêtées. Dans certains cas, surtout dans des terrains longs, et avec des sujets sensibles, des journées entières vont se passer sans qu’on ait abordé directement le sujet. Ces moments, en plus de rendre l’expérience viable pour chacun·e, permet de tisser des liens avec les personnes enquêtées et avec les communautés. Ils sont donc très importants également, et ne doivent pas générer de frustration excessive.
  • Dans certains cas (recherche de financement ou demande d’accès à des institutions par exemple), il est nécessaire d’adapter la présentation du travail de recherche à l’interlocuteur·trice, voire d’en minimiser les aspects les plus sensibles.
  • Une réflexion a également émergé sur la question de la rémunération des personnes enquêtées, et plus largement sur le thème de ce que les enquêté·e·s ont à gagner du travail de recherche. Les interviewé·e·s consacrent du temps et de l’énergie à répondre aux questions de l’enquêteur·euse, c’est donc du temps qui leur « coûte », sans compter que les questions peuvent être désagréables, ou toucher à des sujets sensibles, il peut donc y avoir un coût émotionnel également. Or ils et elles n’en retirent parfois pas grand-chose, mis à part le sentiment d’être entendu·e, écouté·e. Dans cette situation, ne peut-on pas estimer qu’il serait normal pour le ou la scientifique de rémunérer les personnes interviewées ?  

Panel 3 : L’ethnographie aux carrefours des disciplines

Liste des interventions :

  • Myriam Akian (Université de Paris) “Observer son terrain sous toutes ses coutures. Quand Histoire, Archéologie, Sociologie et Anthropologie se croisent, un dialogue de sources sans dialogue de sourds : un équilibre parfois difficile à trouver dans la profusion”
  • Alice Berthon (Université Grenoble-Alpe) “Si l’objet reprenait du terrain ?”

Questions soulevées par le panel :

  • Ce panel a interrogé la place du non-humain dans l’ethnographie, discipline qui porte, par définition, avant tout sur le vivant. Étant donné que les objets (dans les fouilles archéologiques comme dans le travail sur des périodes plus récentes) résultent d’un travail humain, on s’aperçoit que leur étude peut enrichir l’ethnographie.
  • Il apparaît que l’objet est présent dans la grande majorité des sujets d’étude (dans le travail sur les clubs sportifs comme dans celui sur les mouvements sociaux par exemple), et peut en cela être considéré comme un élément transversal particulièrement riche en informations.
  • L’objet est toujours remis en contexte par le chercheur ou la chercheuse, qui sélectionne parmi la multitude d’objets ceux qui seront étudiés, la façon dont ils seront décrits et exposés, l’analyse qui en sera faite… En cela, l’objet ne doit pas être considéré comme un élément objectif et neutre, mais bien un appui pour l’analyse scientifique, lui aussi soumis à la subjectivité du chercheur ou de la chercheuse.

Panel 4 : L’ethnographie dans les études locales

Liste des interventions : 

  • Frédéric Lesigne « Réappropriation du savoir ethnographique au Japon – Cas de la fête d’okonai dans le village de Nagoshi  »
  • Jean-Michel Butel (Inalco) “Conflits d’histoire locale : les agents de la création des monographies”
  • Mary Picone (EHESS) “Réflexions sur les microbes et rites de commémoration pour leurs âmes célebrés par des scientifiques Japonais (1980-2015)”

Questions soulevées par le panel :

  • Une tendance à la montée en puissance de la sociologie au détriment de l’anthropologie semble révéler une évolution dans le temps de la recherche en ethnologie. Les différents domaines qui co-existent au sein de l’ethnologie voient leur influence croître ou diminuer au fil du temps, ces évolutions sont souvent le reflet de tendances du monde scientifique qui dépassent le domaine des études en japonologie.
  • Il n’en reste pas moins que le savoir détenu par les populations locales est une source d’information précieuse en ethnographie. Il est souvent hérité de génération en génération et peut éclairer davantage la réalité du terrain ainsi que le travail de recherche.
  • Dans ce cas-là, le rapport enquêteur·trice/enquêté·e n’est pas asymétrique car ce sont les populations locales qui détiennent le savoir et ont donc le choix de le transmettre ou non. Cet exemple met en lumière la pluralité des rapports qui existent entre  scientifique et individus étudié, selon les méthodes propres au chercheur/à la chercheuse, le sujet d’étude, la discipline (sociologie ou anthropologie), la durée du terrain…

Les journées d’études se sont conclues sur la présentation de deux ouvrages par Jean-Michel Butel : Les yeux de la ville – Vigilance et lien social, France-Japon, analyses croisées, TOKUMITSU Naoko, 2021et Le dernier empire de la presse – Une sociologie du journalisme au Japon, CASTELLVI César, 2022

                        


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
César Castellvi (27 avril 2022). Compte-rendu des Premières rencontres de l’Association interdisciplinaire des ethnographies japonaises (24 et 25 mars 2022). Terrains Japonais - フィールドから見た日本. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/upie